Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 117, janvier-février 2018 > DOSSIER : Le harcèlement des migrants, ça suffit !

DOSSIER : Le harcèlement des migrants, ça suffit !

Renforcement de la Procédure Dublin, une autre crasse !

Mis en ligne le 8 février 2018 Convergences Politique

Le Sénat doit voter une proposition de loi déjà adoptée en première lecture le 7 décembre 2017 par l’Assemblée Nationale. Il s’agit non seulement d’entériner la procédure Dublin, mais aussi de placer en rétention, c’est-à-dire en prison, tout migrant concerné par ce dispositif.

Le « règlement Dublin » en est à sa troisième version. Il impose aux migrants entrant en Europe de faire leur demande d’asile dans le premier pays par lequel ils passent, ou du moins dans lequel ils sont contrôlés. Leurs empreintes digitales sont enregistrées dans le fichier Eurodac, commun à toute l’Europe. Lorsqu’un migrant dépose une demande dans un autre pays, le fichier le moucharde, et le migrant risque alors d’être « dubliné », c’est-à-dire transféré dans le pays où il a été fiché.

Même le Défenseur des droits Jacques Toubon, pourtant ancien politicien de droite, s’insurge contre la procédure Dublin, véritable violation du droit d’asile. Sans compter qu’elle fait reposer ce droit presque exclusivement sur la Grèce et l’Italie, premières portes d’entrée pour la plupart des migrants. Mais il s’insurge aussi contre la loi en préparation, véritable déclaration de guerre contre les migrants dublinés. Toutes les associations sont vent debout, à juste titre, contre cette loi scélérate. Elles comptent utiliser tous les moyens de pression possibles pour la recaler, et pour cela ont besoin de tout notre soutien !

É.M. 

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 117, janvier-février 2018

Mots-clés