Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 115, novembre 2017 > DOSSIER : Catalogne

DOSSIER : Catalogne

De l’Assemblée de Catalogne de 1971 à l’Assemblée nationale catalane de 2011

Mis en ligne le 7 novembre 2017 Convergences Monde

En 1971, dans une église de Barcelone, se constituait une sorte de front de l’opposition antifranquiste, l’Assemblée de Catalogne, qui exista jusqu’à la fin des années 1970. Ce front regroupait des partis politiques nationalistes bourgeois et des partis du mouvement ouvrier, des associations, des syndicats, des religieux catalanistes, des intellectuels, etc. Allant des démocrates-chrétiens de Jordi Pujol à des groupes maoïstes (mais les groupes trotskystes ont, à juste titre, refusé d’y participer), en passant par les partis socialiste et communiste, il avait l’ambition de représenter toute la société catalane. Cette alliance mit en avant comme une revendication prioritaire, l’autonomie de la Catalogne, avec pour mots d’ordres « Amnistie, liberté, Statut d’autonomie ».

Dans ce front, le mouvement ouvrier était à la traîne des revendications des politiciens bourgeois et abandonnait de fait celles des travailleurs.

Le nom d’Assemblée nationale catalane, pris en 2011 par la nouvelle association indépendantiste, est une référence évidente. La capacité des nationalistes catalans à rassembler largement derrière eux, en gardant la main sur l’essentiel n’a pas été inventée par Mas et Puigdemont !

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 115, novembre 2017

Mots-clés