Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 115, novembre 2017 > Le souffle d’Octobre 17

Le souffle d’Octobre 17

« Et 1917 devient révolution »...

Mis en ligne le 7 novembre 2017 Convergences Culture

C’est sous ce titre qu’une exposition a ouvert ses portes et les refermera le 18 février prochain (tous les jours de 10h à 17h), à la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine), Hôtel national des Invalides, 129, rue de Grenelle (01 44 42 54 91).

Elle a été conçue par un collectif d’historiens, sous la direction de Carole Ajam, Alain Blum, Sophie Cœuré, Sabine Dullin, et sous le « haut patronage » de Marc Ferro. Elle est quelque peu orientée. La révolution d’octobre n’est évoquée que comme « coup d’État bolchevique », et la malheureuse Assemblée constituante que le gouvernement provisoire avait mis 8 mois à ne pas réunir, comme un genre de martyr démocratique puisque finalement dissoute par les bolcheviks [1]. Une première partie de l’exposition s’intitule « 1917, année de tous les possibles »... Rêve d’une démocratie parlementaire à l’européenne ? Rêve que l’onde bolchevique gagne le monde entier ? Des enjeux de classes s’affrontaient... et s’affrontent toujours.

Il n’en reste pas moins que cette exposition est très scrupuleusement et très passionnément réalisée, avec des documents qui sont les trésors de la BDIC et de bien d’autres musées et bibliothèques. L’essentiel des textes russes est traduit. Pas toujours facile, néanmoins, de lire un très gros ouvrage, textes et images, qui s’étale sur des murs. On peut trouver un guide parmi les amis de Convergences Révolutionnaires (cela peut aider pour s’orienter) et/ou se cotiser pour s’acheter le gros catalogue à 29 euros (et revenir sur cette immense tranche d’histoire à tête plus reposée).


[1Pour une autre version de l’histoire, lire L’An I de la révolution russe, de Victor Serge, un témoin de l’histoire, chapitre 4 (Premières flambées de guerre civile. La constituante), sous chapitres 8, 9, 10 et 11. Petite collection Maspero ou Editions La Découverte/Poche.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 115, novembre 2017