Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Transdev... TransGrève !

13 novembre 2021 Article Entreprises

Commencé à Sénart, le mouvement de grève à Transdev en Île-de-France a pris fin à Vulaines dans les derniers jours d’octobre, en étant passé par Vaux-le-Pénil, Chelles, Bailly-Romainvilliers, Lagny, Montereau, Saint-Gratien, et Nemours, sans compter les dépôts où la grève n’a pas (encore) commencé, mais où les grévistes se sont projetés, et tous les autres qui ont suivi la grève de loin mais où elle a déjà contribué à changer l’ambiance.

Les grévistes ont en effet emmagasiné une sacrée expérience, et ont tissé à l’intérieur de chaque dépôt des liens très solides entre elles et eux, voire entre différents dépôts. C’est ce qui leur a permis dès les différentes reprises de ne pas repartir docilement sous les cadences d’avant la grève, et de surveiller de très près les accords décrochés par la grève.

C’est une fierté ouvrière qui a été gagnée

Même dans la reprise du boulot, beaucoup de grévistes conservent une attitude combative. C’est collectivement qu’ils et elles font remonter les dysfonctionnements qui auparavant augmentaient la pression sur chaque conducteur. Avec ce collectif, c’est une fierté ouvrière qui a été gagnée. Et au-delà de cette conscience collective qui va permettre de mieux résister dans le futur aux patrons, les grévistes ont déjà fait cracher quelques dents (en or bien sûr) à Transdev. Le mouvement a ainsi contraint le groupe à revenir sur sa volonté de sous-payer drastiquement les temps de pause, comme le prévoit la convention collective – l’indemnisation est ­maintenant à 100 % du taux horaire.

Mais cette revalorisation ne doit pas dissimuler que l’essentiel de l’attaque patronale est passée, notamment par le biais de la « clause du grand-père », qui prévoit que les nouveaux embauchés ne bénéficient pas des accords de fin de conflit.

Populariser l’expérience de cette grève

Dans les mois qui viennent, de nouvelles délégations de service public vont être attribuées, et de nouvelles et nouveaux conducteurs vont donc voir leurs conditions de travail se dégrader. Sauf s’ils et elles anticipent dès maintenant, et profitent des liens qui ont commencé à se faire entre les dépôts voire entre les groupes du transport. Il faut garder ces liens, continuer de populariser l’expérience de cette grève, pour contrer l’étalement du projet patronal dans le temps. La lutte ne fait que commencer !

Simon Vries


Pour en savoir plus :

Retrouver sur cette page des vidéos de la grève


Tous nos articles de fond sur le secteur :


Et les articles (presque) quotidiens qui relatent tout le conflit

Semaine 1

Semaine 2

Semaine 3

Semaine 4

Semaine 5

Semaine 6

Semaine 7

Semaine 8


Voir aussi l’émission L’Anticapitaliste consacrée au secteur du transport public du 3 novembre 2021.

Lire aussi :

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article