Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Bulletins d’entreprise > Hôpitaux > CHU Nantes > 2021 > février > 12

CHU Nantes

L’Antidote Anticapitaliste n°10

8 Février 2021

12 février 2021 Brèves d’entreprise

Chauds, chauds, chauds, comme le CHU de Toulouse

Après la grève du pôle orthopédie, traumatologie puis des infirmières de blocs opératoires au CHU de Toulouse en janvier, c’est au tour des manipulateurs radio du CHU de Toulouse de faire entendre leur mécontentement. Mardi dernier, les grévistes sont allés crier leur mécontentement au siège de leur direction et ont obtenu l’engagement de négociations. Partout ce sont les mêmes revendications criées aux directions hospitalières : augmentation des salaires, obtention des primes promises (prime « Buzyn »), embauches pour effectuer les missions correctement et garantir la formation continue aux hospitaliers. Chaque profession de la santé semble avoir donné envie à l’autre de se battre ; bientôt une grève tous ensemble ?


Ne comptons que sur nous-mêmes

Face au manque cruel de moyens (humains et matériel), aux fermetures de lits qui continuent et aux difficultés d’accès aux soins dans la région parisienne, le Collectif Inter Hôpitaux et le Collectif Inter Urgences des hôpitaux de St-Denis à Paris prévoient de se retrouver en Assemblée Générale (93) mardi 9 février sur zoom. Puisque l’Etat ne répond en rien à nos besoins et n’affiche pour nous que du mépris, ils comptent bien faire eux-mêmes l’état des lieux des besoins et réfléchir aux mobilisations possibles. Malgré notre épuisement et nos difficultés, il est urgent pour nous aussi de se retrouver, d’échanger et de s’accorder pour imposer nous-mêmes nos conditions de travail.


Le futur de la santé à Nantes prend déjà l’eau

Samedi 6 février, environ 200 personnes manifestaient à Nantes pour dire Stop au projet aveugle et nuisible du transfert du CHU vers l’île de Nantes. En pleine crise sanitaire, alors que nous sommes épuisés de devoir nous faire entendre, la mairie continue de soutenir un projet coûteux en zone inondable, avec moins de lits et moins de personnel. Ce ne sont pas les équipes politiques de l’opposition à la mairie qui mettront un terme à cette logique criminelle mais bien l’ensemble des hospitaliers en imposant par la lutte, d’ores et déjà, de meilleures conditions de travail et de soins.


Clusters à l’hôpital : les soignants encore en première ligne

Quimper, Menton, Créteil, Compiègne, Dieppe, Arras, Le Havre, Niort… la liste des clusters dans les hôpitaux s’allonge depuis le début de l’année. Des dizaines de soignants malades du Covid, qu’il faut isoler alors que les hôpitaux sont exsangues. Une situation d’autant plus révoltante qu’un vaccin existe ! Au printemps, Macron promettait des médailles aux soignants : c’est clair que cela coûte moins cher que des embauches et des vaccins ! Mais c’est moins efficace pour lutter contre une épidémie…


Des températures extrêmes pour la fin du siècle ?

Les températures moyennes risquent d’augmenter d’environ 4°C vers la fin du siècle, et jusqu’à 6°C durant l’été, en cas d’émissions de gaz à effet de serre non contrôlées d’après les projections publiées par Météo France. Canicules, sécheresses et montée du niveau des océans, insécurité alimentaire et diminution des réserves en eau, etc. Telles sont les conséquences des activités humaines dans le cadre du capitalisme, et les États et les grandes entreprises continuent leur exploitation cynique de la nature pour le profit. Comme pour la santé ou l’éducation, la lutte climatique n’intéresse pas les dirigeants de cette société quand il n’y a pas de profit à la clé. Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes et nos mobilisations afin de prendre sur leurs profits pour défendre notre environnement.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article