Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Bulletins d’entreprise > Hôpitaux > CHU Nantes > 2022 > janvier > 26

CHU Nantes

L’Antidote Anticapitaliste n°30

26 janvier 2022

26 janvier 2022 Brèves d’entreprise

Des legos pour cacher la destruction de l’hôpital public

Jeudi dernier a eu lieu la pose de la première pierre symbolique du nouveau CHU honorée par la venue de Castex et ses quelques dizaines de fourgons. Nos élus ont empilé des cubes en plastique, une mise en scène ridicule dont on rirait presque si nous n’étions pas tant en colère. Il serait temps d’arrêter de jouer et d’écouter ce que les travailleurs de la santé se tuent à dire depuis des années. C’est pourtant simple ! On veut une augmentation des salaires pour tous, des embauches et plus de lits. L’avenir de la santé n’est pas un jeu !


30€ la clavicule fracturée

Une fracture de la clavicule : c’est ce que coûte l’achat de 30 euros de cannabis. Un patient est arrivé aux urgences la semaine dernière avec une clavicule fracturée suite à une intervention policière musclée parce qu’il achetait de la drogue. Les policiers ont dû l’emmener à l’hôpital…et ne se sont pas gênés pour l’insulter au milieu des urgences. La scène a, à juste titre, scandalisé beaucoup de collègues. Nous ne voulons pas de la répression policière, ni à l’hôpital, ni en dehors !


L’hôpital brûle et la campagne passe

C’est en substance ce que faisait remarquer un médecin d’un service d’infectiologie et de pneumologie dans un article sur Mediapart ce dimanche : « Le quotidien de la France, c’est cette pandémie et son hôpital qui va mal. Comment, par le diable, l’hôpital n’est-il pas le sujet numéro 1 de la campagne ? Parce qu’on est bonne poire, nous, les soignants ? ». La pauvreté de la campagne du côté des prétendants au poste présidentiel est surtout un nouveau signe envoyé aux hospitaliers : ne comptons que sur nos mobilisations pour relever l’hôpital public.


La prime pour tous 

Castex tente la division dans les services de réanimation en accordant une prime de 100€ seulement aux IDE. L’exposition aux risques est la même pour tout le personnel du service, qui subit les mêmes conditions de travail, aucune raison que tous ne la touchent pas ! A Marseille, le service de réa est en grève depuis le 5 janvier, et dans d’autres villes, un préavis de grève a été déposé depuis le 24 janvier. Infirmiers, aides-soignants, la prime pour tous, premier pas pour une hausse des salaires pour tous !


L’hôpital aux enchères de l’intérim

Ces dernières semaines les hôpitaux ont de plus en plus recours à l’intérim pour remplir les services vidés de soignants. On propose aux intérimaires des salaires deux fois plus élevés. Pendant ce temps, l’Agence régionale de santé de l’Ile de France propose des CDD non-renouvelables de 6 ou 9 mois à 3085 euros bruts par mois, avec des primes de 4 000 à 7 000 euros sur la durée du contrat. Soit un total de 26 euros brut de l’heure ! Le message est clair : tout sauf de réelles embauches. Aucune volonté de combler sur le long terme le manque de personnel – que de la communication !  Qui peut croire que les infirmières resteront si les conditions de travail et les salaires ne s’améliorent pas à l’hôpital ? Si c’est le prix pour pouvoir recruter et faire tourner les services, qu’ils mettent tout le monde à 26 euros de l’heure !


Une campagne qui nous ressemble

Dans cette campagne présidentielle gangrenée par les idées réactionnaires, racistes et nationalistes, le NPA avec la candidature de Philippe Poutou porte une voix différente que les politiciens ne veulent pas entendre : celle des travailleurs, de la jeunesse, des précaires, des exilés, de tous les opprimés. Face aux politiques pro-riches de Macron, leur gestion désastreuse des crises sanitaires et écologiques, les inégalités sociales, le racisme et le sexisme, discutons ensemble pour une transformation radicale de toute la société. Seules nos luttes pourront renverser la table et cette candidature est un outil pour mettre nos combats au cœur de la campagne présidentielle ! A Nantes, rendez-vous mardi 1er février pour une réunion publique à la fac avec des porte-paroles de la campagne du NPA.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article