Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 78, novembre-décembre 2011 > DOSSIER : Dix ans apès la catastrophe d’AZF, la sécurité en question dans (...)

DOSSIER : Dix ans apès la catastrophe d’AZF, la sécurité en question dans l’industrie chimique

Accidents graves en France depuis dix ans

Mis en ligne le 24 novembre 2011 Convergences Société

Depuis l’explosion de l’usine AZF à Toulouse le 21 septembre 2001, les accidents graves dans les usines de Chimie ont continué en France avec de lourds rejets dans l’environnement, des incendies, des explosions, des blessés et des morts. Voici un échantillon des plus marquants.


  • 27 mars 2003 : un atelier de l’usine Nitrochimie à Billy-Berclau dans le Pas-de-Calais est entièrement détruit par une terrible explosion tuant quatre travailleurs.
  • 27 juin 2005 : un incendie sur un site Seveso à Béziers dans une usine de pesticides de SMB Formulation dure plusieurs jours. 1 700 tonnes de produits toxiques partent en fumée et le nuage ira jusqu’à Toulouse.
  • 16 mars 2008 : une canalisation rouillée de la raffinerie Total de Donges en Loire-Atlantique se met à fuir et laisse échapper quelques 400 tonnes de fioul lourd dans l’estuaire de la Loire.

Rien que sur l’année 2009 , pas moins de six accidents graves connus nationalement.

  • 5 janvier 2009 : un salarié décède d’une intoxication à l’hydrogène sulfuré à la raffinerie Total de la Mède, près de Marseille.
  • 29 janvier : à Total-Flandres à Dunkerque, l’explosion d’un camion citerne dans un atelier de maintenance tue un ouvrier et blesse grièvement cinq autres travailleurs.
  • 15 juillet : une explosion sur le site pétrochimique de Total à Carlaing/Saint-Avold en Moselle coûte la vie à deux travailleurs et brûle grièvement six autres ouvriers.
  • 22 juillet : 350 personnes sont évacuées et douze ouvriers sont hospitalisés suite à une fuite d’ammoniac sur le site de l’usine Grande-Paroisse du groupe Total de Grandspuits en Seine- et-Marne.
  • 12 août : deux salariés de l’usine pétrochimique Naphtachimie de Lavéra, dans les Bouches-du-Rhône, ont été brûlés au deuxième degré lorsqu’une fuite d’hydrocarbures provoquant un incendie s’est produite lorsqu’ils allumaient un four.
  • 23 novembre : une double explosion retentit dans l’usine SNF d’Andrézieux-Bouthéon, dans la Loire, et fait quatre blessés dont deux graves.
  • 7 avril 2010  : un incendie suivi d’une explosion dans l’usine Carbone-Lorraine de Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine tue un travailleur et blesse 12 personnes dont des pompiers et des policiers intervenus pour tenter d’éteindre le feu.

Pour cette année 2011

  • 6 janvier : à Lavéra, près de Martigues, dans l’usine Gazéchim, une explosion provoque la mort d’un ouvrier et en blesse un autre gravement.
  • Jeudi 29 septembre, tout récemment, dans l’usine Grande-Paroisse ex-AZF à Grand-Quevilly près de Rouen, considérée comme l’usine jumelle de celle détruite de Toulouse, l’explosion d’un compresseur déclenche un incendie dans la salle des machines de l’unité d’ammoniac.

Sans parler de la multitude des « petits » accidents, ou « incidents ».

Quelques mois ordinaires dans le couloir de la Chimie Lyonnaise à la petite semaine :

Avant d’arriver à des accidents graves, il se produit une multitude d’incidents, de « petits » accidents. Dans le couloir de la Chimie lyonnaise, concentration de grandes usines (Arkéma, Rhodia, raffinerie de Feyzin Total, Bluestar, etc.) sur un territoire restreint au sud de Lyon le long du Rhône, il existe des risques potentiels liés à la dangerosité relative des produits et des installations. D’où un certain nombre d’incidents sans gravité extrême dont il serait bien trop long de dresser une liste exhaustive. Nous relèverons les plus significatifs de cette année.

  • 16 février : rejet de chloroforme dans le Rhône depuis l’usine d’Arkéma Pierre-Bénite.
  • 1er avril : un transformateur haute-tension, dans un mauvais état, tombe en rade et oblige à l’arrêt d’urgence de tous les ateliers de l’usine d’Arkéma Pierre-Bénite.
  • 22 juin : une fuite de dioxyde de souffre à la raffinerie Total de Feyzin forme un nuage au-dessus de Lyon ; des centaines de personnes sont évacuées de leur lieu de travail.
  • 17 septembre : incendie d’une cuve contenant des résidus d’hydrocarbures à la raffinerie Total de Feyzin provoqué par la foudre, car le système paratonnerre était défectueux.

M.P.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 78, novembre-décembre 2011