Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 133, novembre 2020

Mélenchon pèse ses mots

Mis en ligne le 28 octobre 2020 Convergences Politique

Sous prétexte que l’assassin de Samuel Paty était d’une famille tchétchène réfugiée en France, le chef de la France insoumise a déclaré : « Je pense qu’il y a un problème avec la communauté tchétchène en France. » Et d’appeler à « reprendre un par un tous les dossiers des Tchétchènes présents en France » et à « expulser ». Gérald Darmanin s’est dit surpris, trouvant Mélenchon « trop à droite pour [lui] ».

Un des collègues de Mélenchon, Éric Coquerel, a tenté d’atténuer le propos du chef en expliquant qu’il aurait juste voulu dire que « certains secteurs sont trop surveillés par rapport à d’autres qui ne le sont pas assez » et en reprochant à l’ancien ministre socialiste de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, d’avoir « eu des renseignements sur la radicalisation de certains Tchétchènes » et de n’avoir « rien fait ». Pas assez expulsé ?

Quant à Mélenchon lui-même, twittant à retardement comme Trump, il regrettait après coup « le mot “communauté” à propos des Tchétchènes ». Un mot seulement.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article