Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 132, septembre-octobre 2020 > Le patronat à l’offensive !

Le patronat à l’offensive !

Le patronat à l’offensive !

Mis en ligne le 4 octobre 2020 Convergences Politique

PSE (plan de sauvegarde de l’emploi), APC (accord de performance collective)... Ça veut dire quoi ? Licenciements et baisse des salaires.

Rien qu’entre le 21 et le 26 septembre, des centaines de licenciements ont été annoncés dans le Sud-Ouest, dans l’aéronautique, dans le Nord à Bridgestone. Qui s’ajoutent aux milliers d’autres annoncés, d’Air France à Auchan, dans le groupe Accor, en passant par Alinea et tant d’autres. Sans parler des travailleurs intérimaires ou en CDD, les premiers à faire les frais de licenciements qui ne disent pas leur nom.

Le gouvernement français a supplié les patrons de ne pas licencier, s’engageant à payer lui-même les salaires, comme pendant le confinement, par le biais du chômage partiel de longue durée. Ne pas licencier n’aurait donc rien coûté aux patrons. Alors, pourquoi le font-ils ? Parce que certains l’avaient déjà prévu avant la crise sanitaire, parce que, à un moment où ils n’ont pas besoin des ouvriers en production, ils veulent imposer des baisses de salaire, casser les liens existants, ce qui inclut, soit dit en passant, les cadres qui auront quelques soucis à se faire une fois qu’ils se seront mouillés pour faire le sale boulot. Et quoi de plus simple que de licencier à tour de bras, la crise offrant une occasion rêvée de le faire en gémissant que ce n’est pas leur faute... Et quand l’économie repartira ? Eh bien, ils réembaucheront, les mêmes ou des plus jeunes, mais à de toutes nouvelles conditions de salaires et de travail.

L’argent public, ils veulent bien, mais pas pour payer les salaires ! D’ailleurs, le problème est que le gouvernement ne sait que « inciter » les patrons, il ne les contraint jamais. Sauf que, là, les patrons espèrent ne pas rencontrer de résistance.

À nous de relever le défi et de leur montrer qu’ils se trompent lourdement. Il faut que la révolte touche toutes les entreprises menacées, que le patronat se dise qu’il a été trop gourmand et risque fort de tout perdre.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 132, septembre-octobre 2020

Mots-clés