Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 95, septembre-octobre 2014 > Intermittents et précaires

Intermittents et précaires

Des « privilégiés » les intermittents ?

Mis en ligne le 24 septembre 2014 Convergences Société

La moitié des intermittents gagne moins de 2 300 euros par mois. La réforme a introduit pour la première fois un plafonnement interdisant à un intermittent de gagner plus de 4 381 euros mensuels : cet aspect de la réforme n’a pas donné lieu au moindre débat, car elle ne touchera que 3 % des intermittents.

Après dix ans de carrière, un intermittent n’a droit au maximum qu’à huit mois d’indemnisation contre trois ans dans le régime général. Un intermittent se doit donc de travailler régulièrement, d’être flexible et disponible. Il doit avoir un bon esprit d’équipe et proposer compétence et bonnes idées au moment où on l’attend… Pour 110 000 intermittents qui parviennent à totaliser assez d’heures pour déclencher l’indemnisation, au moins autant cotisent à ce régime et n’ont d’autres droits que celui de réclamer le RSA.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 95, septembre-octobre 2014

Mots-clés