Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 95, septembre-octobre 2014 > DOSSIER : Gaz de schiste : dollars et dégâts

DOSSIER : Gaz de schiste : dollars et dégâts

À voir, à lire...

Mis en ligne le 24 septembre 2014 Convergences Société


À voir…

  • Gasland , de Josh Fox (2010). Ce film a acquis une célébrité mondiale pour avoir rendu publiques les conséquences du fracking aux États-Unis, notamment la pollution des eaux.
  • Promised Land , de Gus Van Sant (2012). Fiction maladroite qui montre Matt Damon et Frances McDormand dans le rôle de mercenaires du gaz au service d’une grande compagnie, dont le but est d’acheter, par tous les moyens, leurs droits miniers aux habitants d’une petite bourgade de Pennsylvanie.
  • La malédiction du gaz de schiste , de Lech Kowalski (2013). Montre les mobilisations contre la fracturation hydraulique dans les campagnes de Pologne et aux États-Unis.
  • No Gazaran , de Doris Buttignol et Carole Menduni (2014). Film militant sur le mouvement anti-gaz de schiste en France, en particulier dans le Sud-Est.…

...et à lire

  • Les dossiers de Science et vie (no 1148, février 2012) et de La Revue dessinée (trois premiers numéros).
  • Le dossier du Monde (12 mai 2013) « Ruée vers le pétrole de schiste dans le Dakota du Nord » [1], qui montre les conséquences sociales du fracking, notamment dans la classe ouvrière.
  • Les gaz de schiste : nouvel eldorado ou impasse , de Jean-Louis Fellous et Catherine Gautier (2013).
  • Le Mirage du gaz de schiste de Thomas Porcher (2013). Ce livre, qui conteste l’idée de l’intérêt économique, au stade actuel, de l’exploitation du gaz de schiste en France et prétend défendre les « intérêts français », défend le choix de la transition énergétique… tout en concluant que, si celle-ci ne marche pas, on pourra toujours se rabattre sur le gaz de schiste, par exemple « dans dix ans », quand son extraction sera devenue encore plus rentable. « Au final, écrit-il, garder le gaz sous terre, c’est un peu comme conserver une épargne avec un très fort taux d’intérêt ». Une position ambiguë qui reflète celle de l’État français.

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 95, septembre-octobre 2014