Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 114, septembre-octobre 2017 > Une discussion autour du livre d’Olivier Besancenot : « Que faire de 1917 ? (...)

Une discussion autour du livre d’Olivier Besancenot : « Que faire de 1917 ? »

Léon Trotsky sur « l’interdiction des partis »

Mis en ligne le 5 octobre 2017 Convergences Politique

« Quant à l’interdiction des autres partis soviétiques, elle ne découlait nullement de quelque “théorie bolcheviste, mais fut une mesure de défense de la dictature dans un pays arriéré et épuisé, entouré d’ennemis de toutes parts. Il était clair pour les bolcheviks, dès le début même, que cette mesure, complétée ensuite par l’interdiction des fractions à l’intérieur du parti dirigeant lui-même, contenait les plus grands dangers. Cependant, la source du danger n’était pas dans la doctrine ou la tactique, mais dans la faiblesse matérielle de la dictature dans les difficultés de la situation intérieure et extérieure. Si la révolution avait vaincu, ne fût-ce qu’en Allemagne, du même coup le besoin de l’interdiction des autres partis soviétiques aurait disparu. Que la domination d’un seul parti ait juridiquement servi de point de départ au régime totalitaire staliniste, c’est absolument indiscutable. Mais la cause d’une telle évolution n’est pas dans le bolchevisme, ni même dans l’interdiction des autres partis, comme mesure militaire temporaire, mais dans la série des défaites du prolétariat en Europe et en Asie. [1] »


[1Léon Trotsky – Bolchévisme contre stalinisme (29 août 1937)

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 114, septembre-octobre 2017