Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 100, juin-juillet-août 2015 > Films et livres

Films et livres

Deux films, trois religions

Mis en ligne le 27 juin 2015 Convergences Culture



Felix et Meira

de Maxime Giroux

(Canada, 2014)


Paradis : Foi

de Ulrich Seidl

(Autriche, 2012)


(Disponibles en DVD)

Felix et Meira nous transporte de Montréal à New York pour suivre les tribulations de Meira, une jeune femme qui s’ennuie dans la communauté juive hassidique où elle est mariée et déjà mère d’un enfant. Sa rencontre avec un bobo solitaire et plus tout à fait jeune lui offre l’occasion de comparer ce qu’est une vie « normale » avec le destin de ces familles hassidiques où les femmes ont chacune une dizaine d’enfants. Felix lui fait vivre ce qui lui a été jusque-là interdit : porter un pantalon, apprendre à danser au contact de Latinos et Noirs américains de New York… Son mari, très jaloux, s’appuie sur les conseils de disciples aussi pratiquants que lui. De leur côté, les femmes de la communauté invitent Meira à « se ressaisir ». Choisira-t-elle d’abandonner son enfant pour s’évader de la communauté où elle est née ? Un film tout en finesse où les actrices, Meira et la sœur de Felix, sont les plus inventives. Peut-être parce que dans cette société machiste, ce sont elles qui ont le plus à dire ?

La comédie burlesque Paradis : Foi, de Ulrich Seidl nous plonge dans la vie intime d’une femme employée comme manipulatrice en électroradiologie dans un grand hôpital. Les techniques d’imagerie les plus modernes ne lui inspirent pas une vie très rationnelle : elle passe ses vacances à faire du porte-à-porte pour inviter les habitants des quartiers pauvres à prier la Vierge, quand elle n’organise pas des cérémonies chez elle où l’on jure autour d’une table « que l’Autriche redeviendra catholique ». Passée la première séquence d’autoflagellation, on rit beaucoup jusqu’au moment où son mari, musulman, revient de convalescence lourdement handicapé. Elle est sa femme et doit le servir, dit-il, car « il en est ainsi dans toutes les religions ». Elle le maltraite et veut le convaincre que son terrible accident est un cadeau de Dieu !

Avec ses outrances et ses provocations, ce film nous met durement à l’épreuve. Il est tout à l’opposé de la romance québécoise Felix et Meira. Les deux films sont pourtant l’un et l’autre d’excellentes illustrations des différentes aliénations religieuses.

Laurent VASSIER

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article