Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 100, juin-juillet-août 2015

Baltimore (USA) : la révolte

Mis en ligne le 27 juin 2015 Convergences Monde

Le 9 août 2014, Michael Brown, un adolescent noir non armé, est tué par un policier dans la ville de Ferguson, Missouri. Le 17 juillet 2014, Eric Garner, un homme noir non armé, avait été tabassé à mort par des policiers à New-York. À chaque fois, pas d’inculpation. S’ensuivent des manifestations massives dans les rues de Ferguson, de New-York et de bien d’autres villes du pays. Le 19 avril dernier, Freddie Gray de Baltimore (Maryland) décède sous les coups de flics violents. Cette fois, pas question d’attendre une décision de justice, la jeunesse des ghettos noirs descend immédiatement dans la rue. Nous reproduisons ci-dessous des extraits d’un article de nos camarades du groupe Speak-out Now !, actifs dans la baie de San Francisco, qui revient sur les racines sociales de ces drames et de ces révoltes.


(…)

Certains rapports estiment que la police assassine plus de 1000 personnes par an (environ 70 fois plus que n’importe où dans le monde). Dans plus de 90 % des cas, les policiers ne sont jamais même inculpés, et, quand ils le sont, ils sont presque toujours acquittés.

Suite au meurtre de Freddie Gray, à Baltimore, des gens ont pris la rue en soutien dans tout le pays. C’est seulement sous la pression de ce déferlement de colère que les politiciens ont décidé d’enclencher une procédure judiciaire, une tentative pathétique de prouver que leur système fonctionne. (…)

Vivre dans une zone sinistrée

Baltimore est semblable à des douzaines de villes du pays – Détroit ou Flint dans le Michigan ; Camden ou Newark dans le New-Jersey ; Buffalo dans l’État de New-York ; Cincinatti dans l’Ohio ; les quartiers Est d’Oakland, Richmond ou Los Angeles en Californie.

L’essentiel de Baltimore est délabré. Tandis que l’économie du pays s’éloignait de la production industrielle, les investissements de ceux qui possédaient et dirigeaient les aciéries, les chantiers navals, les usines automobiles et les autres industries se sont déplacés ailleurs. Aujourd’hui, Baltimore est l’une des villes les plus pauvres des États-Unis : 622 000 habitants, dont 64 % sont noirs, 23 % vivent sous le seuil de pauvreté, et 39 % sont au chômage.

Le quartier de Freddie Gray est une zone sinistrée – plus de 52 % de chômage, plus d’un tiers des familles dans la pauvreté, et plus de la moitié des foyers ayant un revenu inférieur à 25 000 dollars (22 200 euros) par an. Les terrains sont abandonnés et les maisons délabrées. Plus de 25 % des bâtiments du quartier sont vides.

Des masses de chômeurs sont entassées dans les prisons. Un tiers des détenus de l’État du Maryland vient de Baltimore. Le quartier de Gray est la « plus grande communauté de prisonniers » de Baltimore, avec 3 % des adultes dans des prisons fédérales. Ces quatre dernières années, 25 % des jeunes de 10 à 17 ans ont été envoyés en maison de redressement. Le Maryland dépense chaque année 17 millions de dollars (15 millions d’euros) pour incarcérer 458 personnes de ce petit quartier de 9 189 habitants. Ceux qui vivent dans le quartier de Freddie Gray ont deux fois plus de risque d’être tués que dans n’importe quel autre quartier de la ville.

Le harcèlement policier est quotidien. Depuis 2011, la ville de Baltimore a négocié un compromis ou perdu devant les tribunaux plus de vingt procès pour brutalité policière chaque année.

(…) Les politiciens ont participé à tous les niveaux à la dégradation de villes comme Baltimore et sont tout à fait conscients des réalités de la vie de leurs habitants. Ils savent comment leurs forces de police se comportent. Et ils n’ont rien à proposer pour s’attaquer réellement à ces problèmes. Ce système criminel a pillé et volé nos vies. Les gens ont mille raisons de continuer à se révolter…

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article