Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 9, mai-juin 2000 > DOSSIER : Femmes au travail : tout a changé... rien n’a bougé

DOSSIER : Femmes au travail : tout a changé... rien n’a bougé

Centre technique Renault (Rueil-Lardy) : disparités salariales

Mis en ligne le 1er juin 2000 Convergences Entreprises

Le bilan social de 1999 pour l’établissement Renault de Rueil-Lardy montre des écarts de salaire entre hommes et femmes, ces dernières étant en moyenne moins payées que les hommes.

Ces écarts sont d’autant plus élevés que la qualification et le statut sont importants, comme le montre le tableau ci-dessous. La différence pratiquement nulle pour les employés atteint 25% de la rémunération mensuelle brute en moins pour les femmes cadres !

Pour la catégorie ETAM (la plus nombreuse) l’écart des moyennes est de -3 % en défaveur des femmes, mais lorsqu’on regarde le détail par coefficient, on trouve des écarts beaucoup plus importants (presque 10 % dans certains cas). Ce ne sont pas des différences d’ancienneté entre populations féminine et masculines qui peuvent expliquer ces écarts puisqu’on compare ici le salaire de base.


Rémunération mensuelle brute imposable (FF). Hors prime d’intéressement

Employés Techniciens Dessinateurs Maîtrise Cadres
Hommes 14029 16863 18282 31307
Femmes 14124 15215 16967 23487
coefficient hommes femmes Ecart (%)
200-215 8354 8263 -1
220-235 9206 8361 -9,2
240-255 9942 8986 -9,6
260-275 10845 10215 -5,8
280-295 10662 10857 1,8
300-315 11902 11696 -1,7
320-335 14230 12899 -9,4
340-355 13929
365 14315 14318 0
400 15969 17311 8,4

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article