Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 9, mai-juin 2000 > La révolte du mammouth

La révolte du mammouth

Loire-Atlantique-sud : une coordination de la maternelle au lycée

Mis en ligne le 1er juin 2000 Convergences Politique

Après la première grève nationale de l’Education Nationale du 15 février 2000, quelques enseignants d’un collège qui en ont ras-le-bol des grèves sans lendemain décident de réunir tous les mécontents du Sud-Loire, de la maternelle au lycée.

Le vendredi 10 mars va naître la coordination Sud-Loire qui regroupera parents et enseignants du primaire, des collèges et des lycées (une vingtaine d’établissements). Pendant presque un mois, cette coordination va se réunir régulièrement, une à deux fois par semaine, lors d’assemblées générales qui regrouperont jusqu’à 200 personnes.

Dès le début des « cahiers de doléances » vont voir le jour dans chaque école, collège et lycée et mettre en évidence toutes les incuries de l’Education Nationale du secteur : instituteurs non remplacés, classes surchargées, Réseau d’aide spécialisé insuffisant, manque d’infirmières, de surveillants, postes supprimés pour quelques élèves en moins. Ce sont des dizaines d’emplois qui manquent rien que pour une partie du département.

De nombreuses actions décidées par la coordination Sud-Loire vont jalonner ces quelques semaines de lutte : intervention auprès de l’inspecteur académique, interpellation du député de la circonscription à la mairie de Rezé (44) et intervention à 150 lors du conseil municipal, occupation de l’aéroport de Nantes et surtout occupation par les parents d’élèves de classes dès qu’un instituteur n’est pas remplacé.

A la différence des organisations syndicales qui ne proposent pas grand chose après le remaniement ministériel, la coordination Sud-Loire décide, elle, de rester mobilisée et vigilante. Il y aura encore des dizaines de personnes aux assemblées générales les jours suivants.

30 avril 2000. A. M.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article