Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 76, juin-juillet 2011 > Des films

Des films

Animal Kingdom

Mis en ligne le 15 juin 2011 Convergences Culture

Animal Kingdom de David Michôd

Sortie en salles le 27 avril 2011


La délinquance analysée comme un déterminisme social

À contre-courant de la plupart des thrillers qui mettent en scène des archétypes de gangsters flamboyants, du genre Scarface ou Le parrain, Animal Kingdom montre les aspects sordides et pitoyables de la vie d’une famille de truands professionnels de la banlieue de Melbourne, au sud de l’Australie. Plongé dans cet univers, un jeune garçon va à son tour sombrer dans la délinquance. Ce film très noir se garde de tout voyeurisme : la violence est plus latente que spectaculaire. Le réalisateur s’est avant tout intéressé à ses personnages, souvent très attachants, et à leur conditionnement sociologique. Il montre aussi la férocité de certains services de police dont les méthodes et le cynisme valent ceux des individus qu’ils pourchassent. Ajoutons que, s’il ne fait pas appel aux ingrédients habituels des thrillers, Animal Kingdom nous offre néanmoins deux heures de suspense implacable.

G.R.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 76, juin-juillet 2011

Mots-clés