Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 106, juin-juillet-août 2016 > Loi travail, dégage !

Loi travail, dégage !

Macron à Lyon le 2 juin

1 500 salariés en marche pour lui tailler un costard

Mis en ligne le 29 juin 2016 Convergences Politique

Le 2 juin, les patrons d’Arkema comme les édiles socialistes de Lyon avaient préparé le tapis rouge pour la venue du ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Manque de chance pour eux, les travailleurs des entreprises du couloir de la chimie et d’autres secteurs se sont mis « en marche » pour lui offrir le comité d’accueil qu’il mérite.

Chimie, cheminots, Renault Trucks, étudiants… :« tous ensemble, tous ensemble ! »

La direction d’Arkema s’est pliée en quatre pour impressionner Macron qui était venu présider le comité stratégique de la filière « chimie et matériaux ». À la recherche de nouvelles subventions publiques, la direction avait recouvert les murs de peinture fraîche. Un grand chapiteau fut monté dans la cour de l’usine et même le trimaran Multi50, sponsorisé par la boîte, a été placé en plein milieu du site, à 250 kilomètres de la mer… Toute une mise en scène ! C’était sans compter que le secteur de la chimie a été l’un des fers de lance de la contestation contre la loi Travail dans la région lyonnaise.

En effet, depuis le 9 mars des travailleurs de Bluestar Silicones, de Solvay ou d’Arkema ont été de toutes les manifestations. Alors, la venue de Macron – celui qui dit qu’il faut « aller plus loin que la loi Travail  » et « bloquer les salaires dans l’Industrie » [1] – a été l’occasion de faire du bruit. Organisée par la fédération CGT chimie du Rhône, la manifestation s’est élancée de la gare d’Oullins, ville populaire et industrielle au sud de Lyon, en direction du site Arkema de Pierre-Bénite. Tous les sites de la chimie étaient représentés et notamment la raffinerie de Feyzin, en grève reconductible depuis près d’une semaine et demie.

Pour l’événement, un appel à la grève a été lancé à Solvay ou Bluestar Silicones. Un cortège dynamique de 1 200 personnes a rapidement fait la jonction avec celui des 300 cheminots qui scandaient : « tous ensemble, tous ensemble », pour terminer sa route devant Arkema. Les slogans de « grève générale » ont accompagné la fin de la manifestation et malgré la pluie de nombreux participants ont quitté les lieux motivés et décidés à poursuivre le mouvement.

Un second souffle pour faire converger les luttes

Il y avait déjà eu des tentatives de rencontre entre travailleurs de différentes entreprises autour de la lutte commune contre la loi Travail. Un rassemblement avait été organisé le 17 mai devant Bluestar Silicones. Une cinquantaine de participants étaient présents. Ce nombre modeste traduisait l’essoufflement d’une partie des travailleurs qui ont participé à toutes les journées de mobilisation depuis le 9 mars, tout en représentant la minorité active et déterminée qui a animé le mouvement depuis le début.

Cependant, ces rassemblements et départs communs pour les manifestations ont permis de resserrer les liens entre travailleurs de boîtes proches les unes des autres. Fin mai, le départ précoce en grève de la raffinerie de Feyzin a permis de redonner un second souffle à la mobilisation. Des travailleurs du CRTL (Centre de recherches et technologies de Lyon) de Solvay ont notamment fait le déplacement sur le piquet de la raffinerie pour soutenir leurs camarades. La réussite de la mobilisation pour la venue de Macron s’est inscrite dans cette dynamique. Il y a bien sûr encore du chemin pour que la majorité des travailleurs s’engagent concrètement dans la mobilisation. Mais, tout comme le 2 juin, il suffit d’un personnage honni, d’une détermination éprouvée et d’une proximité entre travailleurs en lutte pour faire un pas de plus vers le « tous ensemble ».

Elias BARAGAN


[1Emmanuel Macron : « Il faut aller plus loin que la loi El Khomri », Les Échos, 23 mai 2016

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 106, juin-juillet-août 2016