Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 143, janvier-février 2022

Recommandations

Mis en ligne le 3 février 2022 Convergences

Des extraits de critiques de films, de documentaires, de séries et de livres que vous pourrez retrouver en version intégrale sur notre site.

Films

Film d’Emmanuel Carrère

Le film est une adaptation libre du livre de Florence Aubenas paru en 2010 Le quai de Ouistreham. Afin d’écrire un livre, l’écrivaine Marianne Winckler a décidé de s’immerger dans le monde du travail précaire « parce qu’[elle en avait] marre d’entendre parler de la crise, de la précarité de façon abstraite ». Cet excellent film montre les conditions de travail et de vie des « invisibles » – ces « premières lignes » dont on a tant parlé lors du premier confinement et qui ont bien vite disparu des radars.

Film de Robert Guédiguian

Robert Guédiguian nous emmène à Bamako, au Mali, en 1962. Le pays vient tout juste de gagner son indépendance, en 1960, face à l’État colonial français. On y suit deux jeunes gens entraînés dans le tourbillon du mouvement de décolonisation. Dans cette ambiance festive, les premiers problèmes arrivent vite. Tout « socialiste » que le jeune État se soit étiqueté, un tournant réactionnaire s’est vite opéré, suivi d’un coup d’État militaire en 1968.

À la télévision

Mardi 18 janvier, France 2 a consacré une partie de la soirée au racisme avec d’abord un documentaire, Noirs en France (réalisé par la journaliste Aurélia Perreau et l’écrivain franco-congolais Alain Mabanckou), suivi d’un débat, puis d’un second documentaire, produit par France 3 Pays de la Loire, intitulé Le Village de Bamboula (film de Yoann de Montgrand et François Tchernia). Ils sont tous deux disponibles en replay respectivement jusqu’aux 19 et 20 mars 2022.

Dans Noirs en France , les interviewés racontent de façon très vivante comment ils furent confrontés au racisme depuis leur plus jeune âge. Un regret cependant : que cet intéressant documentaire ne fasse qu’effleurer les racines profondes et historiques de ce racisme systémique qui imprègne l’ensemble de la société, notamment l’exploitation coloniale, la traite des Noirs et la réduction de toute une partie de l’humanité en citoyens de seconde zone.

Dans Le Village de Bamboula , il s’agit du parc animalier de 1992, « Le Safari Africain », dans la banlieue de Nantes. On y fit venir de Côte d’Ivoire 25 hommes, femmes et enfants dont on confisqua les passeports, qui ont interdiction de sortir du parc et sont payés la moitié du smic. Il faudra six mois de luttes à un collectif pour fermer ce zoo humain.

Livre

Ixchel Delaporte – Éditions du Rouergue, 218 p., 2021, 19,90 €

Dans ce nouveau livre, la documentariste Ixchel Delaporte nous livre un témoignage saisissant de huit mois de travail dans le service à la personne âgée. Elle y décrit très bien le quotidien des aides à domicile, mais ne mentionne pas les luttes qui ont commencé juste avant son immersion. Ce livre n’en demeure pas moins un excellent témoignage de la réalité de ce métier essentiel.

Séries

Adam McKay, sur Netflix

Adam McKay est connu depuis quelques années pour ses comédies dramatiques sur les classes dirigeantes américaines. Dans The Big Short, il revenait sur les mécanismes de la crise financière de 2008 et dans Vice, il étrille Dick Cheney, vice-président de Bush junior de 2001 à 2009 et artisan de la guerre en Irak. Dans Don’t Look Up, il s’attaque cette fois au traitement de la catastrophe écologique par la bourgeoisie américaine en racontant l’histoire d’une comète se dirigeant droit vers la Terre. Les profiteurs de la catastrophe entament alors une lutte politique derrière le mot d’ordre qui donne le titre au film : « Don’t Look Up ! », « Ne regardez pas en l’air ! » Face à eux, les partisans du « Just Look Up ! » ont bien du mal à se faire entendre. Alors, don’t just look up… fight ! (Ne regarde pas juste en l’air… bats-toi !)

Adaptation en série sur Netflix, 2019, deux saisons de huit épisodes, en cours

Oubliez la fantasy version Le Seigneur des Anneaux. Alors que J.R.R. Tolkien venait des campagnes anglaises du début du xxe siècle, Sapkowski, lui, est né à Lodz, en Pologne, dans la zone contrôlée par l’Union soviétique. La question du travail est omniprésente, à tel point que les héros ne sont que des travailleurs, organisés sous la forme d’une guilde médiévale qui ne dit pas son nom. La série met en scène la préparation d’une révolte de mineurs face au roi Folstein. Il est intéressant de noter que cette scène n’était pas présente dans le premier roman écrit par Sapkowski.

Série documentaire en six épisodes – sur Netflix, 2020

Le 21 février 1965, le leader afro-américain Malcom X était abattu alors qu’il allait s’adresser à plusieurs centaines de personnes. Un an plus tard, trois membres du groupe politico-religieux la Nation de l’islam (Nation of Islam) étaient reconnus coupables et condamnés à vingt ans de prison. L’enquête de la police de New York fut sciemment bâclée. La série s’appuie sur les travaux de l’historien, militant et journaliste d’investigation, Abdur-Rahman Muhammad, un Afro-Américain qui a passé des dizaines d’années à rechercher et à réunir les pièces du puzzle. Les services secrets auraient manipulé des membres de la Nation de l’islam pour parvenir à leurs fins. Si le documentaire est parfois un peu répétitif, il est passionnant de bout en bout.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 143, janvier-février 2022