Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 21, mai-juin 2002

Des lecteurs, des opinions

Ne saurait-on garder raison ?

Mis en ligne le 16 mai 2002 Convergences Politique

Chers camarades,

Militant de la LCR j’ai maintenu mon abonnement à CR convaincu que l’unité des révolutionnaires est un impératif.

J’ai été très choqué par l’éditorial du 13/01/02 ; la condescendance avec laquelle vous y traitiez le vote Besancenot vous a visiblement masqué la réalité des évolutions en cours dans la classe ouvrière et en particulier dans la jeunesse précarisée.

Nous ne sommes pas – espérons le – des électoralistes mais aujourd’hui les résultats sont là : 5,9 % pour Laguiller, 4,3 % pour Besancenot. Chez les 18-24 ans LO obtient 1,8% et la LCR 13,9%.

A l’évidence A. Laguiller a raté sa campagne, en particulier parce que ses prises de position : sur le mouvement anti-mondialisation, sur la dépénalisation du canabis, sur les OGM… ont tourné le dos à la jeunesse.

C’est avec effarement que j’ai, le soir de l’immense manifestation de Barcelone (300 000 personnes, énormément de jeunes), entendu A. Laguiller expliquer doctement que les manifestants se trompent de cible ! Position, que peu ou prou vous avez reprise dans le n° 20 de CR. Quel aveuglement !

Vous prenez prétexte de la confusion du mouvement pour mépriser avec, j’ose vous le dire fraternellement, beaucoup d’autosuffisance.

Croyez-vous, sincèrement, que les 5,9 % d’électeurs de LO soient, tous, des ardents partisans de la Dictature du Prolétariat ?

Certes, je sais d’expérience, que la LCR a souvent surestimé l’ampleur et la profondeur de diverses formes de radicalisation. Mais de là à tout rejeter en bloc, ne saurait-on garder raison ?

Le raisonnement binaire de la direction de LO, a amené, le soir des élections, A. Laguiller à rater (pour la plus grande joie de nos adversaires communs) totalement sa déclaration à chaud sur les réactions au vote Le Pen.

Aujourd’hui, alors que par dizaines de milliers des jeunes manifestants expriment leur rejet de Le Pen où est LO ? Certes ces jeunes ne sont pas des « communistes révolutionnaires », ils ne sont qu’anti-fascistes !

Plus que jamais l’unité des révolutionnaires s’impose et LO la rejette d’un revers de main ! C’est là une terrible responsabilité prise très à la légère. On risque, un jour de la regretter très amèrement.

Tout ceci peut vous choquer, vous paraître trop sévère, mon intention n’est pas de vous blesser, ni de donner des leçons. J’ai adhéré à la LCR il y a 30 ans j’ai bien souvent été irrité (atterré même, parfois) des positions prises par mon organisation. Mais je n’ai jamais mis en doute la sincérité révolutionnaire de mes camarades. Aujourd’hui je veux tout simplement vous dire que LO est une organisation trop précieuse pour qu’elle continue dans la « folie » de sa ligne actuelle.

J’avoue que je suis déçu par votre campagne électorale (souvent, d’ailleurs, électoraliste : Mme de Fontenay !) mais fraternellement je garde confiance en un avenir commun, au service du combat révolutionnaire et de l’émancipation de l’humanité.

Sincèrement,

B.V. Port-Saint-Louis.

24 avril 2002

Nous n’avions pas prévu, c’est vrai, les résultats d’Olivier Besancenot. Comme tout le monde, LO mais aussi les camarades de la LCR eux-mêmes. Cela n’a rien à voir avec une quelconque condescendance, encore moins du mépris.

Nous avons milité, et nous militons toujours, comme l’indique le titre de cette revue, comme on peut le lire dans ce numéro même, pour l’unité, au moins d’action dans un premier temps, entre LO et la LCR et plus généralement de l’ensemble de l’extrême gauche. Mais pas sur n’importe quelle base. Et pas au prix du renoncement à la critique de notre propre camp, ni de notre propre organisation ni des autres. Toi non plus d’ailleurs si nous en croyons ta lettre.

Les révolutionnaires doivent se réjouir quand la jeunesse est dans la rue (même sur des objectifs limités) et être avec elle. Certes. Mais ils doivent aussi montrer les limites et des mobilisations et des objectifs. Ça n’est nullement tout rejeter en bloc. Et quand les manifestants se trompent de cible, le dire... Il y a tellement de gens pour leur mentir et les aiguiller vers ces fausses cibles, comme nous venons de le voir avec les manifestations anti-Le Pen que la gauche a aidé à transformer en manifestation en faveur du vote Chirac !

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article