Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Il y a 150 ans : la Commune de Paris

Le banquet des affamés, de Didier Daeninckx

Folio, 2013, 272 p., 7,50 €

Mis en ligne le 18 mars 2021 Culture

Ce roman d’aventures est celui de la vie de Maxime Lisbonne (1839-1905), « comédien et pourquoi pas saltimbanque » mais aussi soldat et révolutionnaire, ami de Louise Michel, qui a participé activement à la Commune, laissé pour mort sur la barricade du Château-d’Eau.

La partie consacrée à la Commune est vue à travers les yeux de Lisbonne, homme d’action nommé colonel d’un bataillon qui prend le nom des « Turcos de la Commune » à cause de la présence de zouaves parmi eux. Il est donc beaucoup question de la défense de Paris, et du regret de ne pas avoir attaqué dès le départ des bourgeois à Versailles.

On le suit ensuite dans sa déportation au bagne en Nouvelle-Calédonie puis à son retour.

Le roman nous fait découvrir un homme haut en couleurs, de convictions, attachant et qui toute sa vie est dans le camp de ceux qui veulent changer la société, la rendre plus douce pour les opprimés. Chez lui cela passe par le théâtre et le spectacle, sous toutes ses formes.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Il y a 150 ans : la Commune de Paris