Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 146, juillet-août 2022 > Droit à l’IVG

Droit à l’IVG

Des milliers de manifestants contre la décision de la Cour suprême d’annuler l’arrêt « Roe contre Wade » : et maintenant ?

Mis en ligne le 6 juillet 2022 Convergences Monde

Extraits d’un article de nos camarades du groupe révolutionnaire américain Speak Out Now publié sur leur site le 27 juin 2022

Après la décision extrêmement réactionnaire prise vendredi dernier par la Cour suprême des États-Unis d’abroger l’arrêt « Roe contre Wade » [sur le droit à l’avortement, NDLR], des manifestations ont éclaté partout aux États-Unis.

Après la décision extrêmement réactionnaire prise vendredi dernier par la Cour suprême des États-Unis d’abroger l’arrêt « Roe contre Wade » [sur le droit à l’avortement, NDLR], des manifestations ont éclaté partout aux États-Unis.

Cette décision fait courir des risques immédiats à des dizaines de milliers de femmes enceintes dans tout le pays. Déjà, dans la moitié des États du pays, beaucoup n’auront d’autre solution que de mener leur grossesse à terme et d’accoucher, faute de pouvoir accéder aux aides d’organisations comme Aid Access, qui collectent des fonds pour tenter de faciliter l’accès à un avortement dans des conditions de sécurité.

Des femmes emprisonnées dans des États où l’avortement est interdit seront désormais contraintes d’accoucher pour en arriver à simplement se voir retirer leur enfant, qui sera probablement envoyé dans une structure d’accueil qui ne s’occupera guère de lui.

[…]

Le taux de mortalité maternelle aux États-Unis est déjà le plus élevé de tous les pays industrialisés, en particulier pour les femmes pauvres, le taux pour les femmes noires étant le double de celui des femmes blanches. Cette décision ne fera que l’augmenter et entraînera davantage de décès.

En outre, le juge Clarence Thomas a écrit que la Cour suprême devra maintenant agir pour revenir sur d’autres décisions, en particulier le droit à la contraception et le droit au mariage homosexuel.

Le Parti démocrate tente de réorienter l’explosion des manifestations pour la canaliser vers les élections. Mais dépendre du Parti démocrate pour lutter pour les droits en matière de sexualité et de procréation est ce qui a conduit ce mouvement dans l’impasse où il se trouve aujourd’hui. En 2007, Barack Obama, alors sénateur, avait promis que, une fois élu président, il signerait la loi sur la liberté de choix, loi qui aurait inscrit le droit à l’avortement dans la loi fédérale. En avril 2009, une fois élu, même avec une majorité au Congrès, il a expliqué qu’il « avait d’autres priorités » et n’a pas tenu ses promesses, contribuant à ouvrir la voie à une autre décennie d’attaques accrues contre les droits en matière de sexualité et de procréation dans tout le pays.

[La sénatrice démocrate] Elizabeth Warren a exhorté les gens à se concentrer sur les élections de mi-mandat de novembre en élisant des démocrates afin de mettre un terme à l’obstruction parlementaire et permettre ainsi au Congrès d’adopter un projet de loi qui rétablirait le droit à l’avortement.

Ce n’est certes pas complètement impossible, mais faire confiance au Parti démocrate ne peut pas être une solution pour que les travailleurs et tous ceux qui sont victimes de la pauvreté obtiennent l’accès au droit à l’avortement – pas plus que lui faire confiance n’a permis d’obtenir l’accès aux soins de santé pour tous.

[…]

À l’été 2020, après le meurtre de George Floyd, les protestations contre la violence policière ont déferlé dans tout le pays, mais ces mobilisations se sont peu à peu estompées, car elles ont été récupérées par le Parti démocrate et de nombreuses organisations non gouvernementales qui ont pour l’essentiel dit aux gens de rentrer chez eux et de laisser les professionnels prendre les choses en main. Nous ne voulons pas que cela se produise avec le mouvement visant à obtenir les droits en matière de sexualité et de procréation, le droit de disposer de notre propre corps. L’expérience des manifestations de 2020 et 2021 a cependant conduit de nombreux jeunes à douter de la capacité du Parti démocrate à faire quoi que ce soit pour renverser la vapeur et mettre en échec la vague d’attaques que mènent la Cour suprême et ses soutiens conservateurs.

Dans cette période, nous devons nous organiser avec tous ceux que cela indigne et nous préparer à un long combat qui ne soit pas détourné par les fausses promesses des partis démocrate ou républicain prétendant représenter les travailleurs. Ce combat pour que les membres de la classe ouvrière aient le contrôle de leur propre corps, l’accès à la liberté en matière de sexualité et de procréation – depuis le droit à la contraception jusqu’au droit à l’avortement – est un combat international. En Argentine, en Colombie, au Chili, a déferlé une « Vague verte » – couleur choisie comme emblème de cette lutte. Nous avons beaucoup à apprendre de leur organisation et de leur combat ! Grâce à des méthodes créatives et une lutte sans relâche commencée dans les foyers de femmes, elles se sont affrontées à l’Église catholique et à ses partisans, et ont changé le point de vue dominant en exerçant, par leurs manifestations massives, une énorme pression sur les élus.

Nous avons de bonnes raisons d’espérer que nous entrons dans une nouvelle période avec la possibilité d’un nouveau mouvement pour un changement social essentiel. Cette fois, il peut s’agir d’un mouvement qui se bat pour garantir à toutes les femmes un accès facile aux services d’avortement à n’importe quel stade de la grossesse, sans avoir à se justifier. Ce peut être un mouvement qui protège la vie de toutes et tous, y compris la vie de toutes les mères et de tous les enfants, de la naissance à la mort. Un mouvement qui lutte pour des soins de qualité pour tous – en particulier en matière de protection maternelle et infantile – et pour les congés de maternité. Il pourrait exiger un accès gratuit à l’éducation et un logement garanti. Il pourrait lutter contre la destruction de l’environnement afin que nous puissions maintenir une planète capable d’abriter la vie humaine, et plus encore. Un mouvement visant à s’opposer en totalité à ce système organisé contre nous.

Carte : 15 États américains sur 50 vont interdire l’avortement (en noir), 6 États souhaitent le limiter sans l’interdire (en foncé).

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 146, juillet-août 2022

Mots-clés