Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Il y a 150 ans : la Commune de Paris

Communardes ! de Wilfrid Lupano (scénario)

Vents d’Ouest, (t. 1) 2015, 56 p., 14,50 €, (t. 2) 2015, 56 p., 14,50 €, (t. 3) 2016, 56 p., 14,50 €

Mis en ligne le 18 mars 2021 Culture

Cette série de trois BD a été écrite par Wilfrid Lupano et illustrée par des dessinateurs différents pour chaque volume.

Chacun aborde des aspects différents de la participation des femmes à la Commune de Paris et suit des femmes de différents milieux sociaux.

Le premier, Les Éléphants rouges, dessiné par Lucy Mazel, se déroule pendant le siège de Paris par les Prussiens, lors du terrible hiver 1870. On y suit Victorine, une enfant qui rêve d’une vie d’égalité avec les hommes, et sa mère qui l’élève seule et partage ses aspirations, dans leur combat pour survivre.

Le deuxième, L’aristocrate fantôme, illustré par Anthony Jean, est centré sur Élisabeth Dmitrieff, aristocrate russe envoyée par Marx (avec qui s’ouvre cet album) à Paris pour lui rendre compte de ce qui s’y passe. Elle y fonde l’Union des femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés… mais elle ne se contente pas de ce rôle d’infirmière, au grand dam de la plupart des hommes à qui elle s’oppose, soutenue par Frankel, représentant de la Première Internationale à Paris !

Le troisième, Nous ne dirons rien de leurs femelles…, dessiné par Xavier Fourquemin, suit Marie, ancienne domestique engagée dans l’Union des femmes et qui se bat jusqu’au bout sur les barricades, qui a un compte à régler avec la domination masculine mais aussi avec l’Église.

Le titre vient d’une citation empruntée à Alexandre Dumas fils, journaliste au Figaro, qui écrivit en 1871 en parlant des communards « nous ne dirons rien de leurs femelles par respect pour les femmes à qui elles ressemblent quand elles sont mortes  ».

L’ensemble est très bien documenté et passionnant à lire, car il montre bien ce que fut l’engagement des femmes dans la Commune, elles qui avaient beaucoup à gagner à se libérer des oppressions.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Il y a 150 ans : la Commune de Paris