Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 102, novembre-décembre 2015 > SNCF

SNCF

À force de chanter la Marseillaise, ils en oublient l’Internationale

Mis en ligne le 9 décembre 2015 Convergences Politique

André Chassaigne, membre du PCF, chef de file des députés du Front de gauche à l’Assemblée nationale, a récidivé.

En juin 2014, c’est lui qui s’était vanté d’avoir fait adopter « l’amendement qui pouvait mettre fin à la grève. » Une modification de forme qui ne changeait rien à la réforme ferroviaire, mais donnait quelques garanties aux appareils syndicaux.… C’est à la suite de cette manœuvre que la direction de la CGT, Lepaon en tête, avait poussé à la reprise du travail, tandis que les cheminots qui s’étaient exprimés en AG étaient tous d’accord que l’amendement Chassaigne ne changeait rien à rien...…

La semaine dernière, c’est lui qui a défendu le vote unanime des députés du Front de gauche en faveur de la prolongation de trois mois de l’état d’urgence. Oui, cette loi dont le gouvernement se sert pour interdire toutes les manifestations qui ne lui sont pas favorables et pour perquisitionner voire assigner à résidence des militants de gauche.

Stopper une grève et empêcher les manifs, un beau bilan pour un député qui se dit communiste !

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 102, novembre-décembre 2015

Mots-clés