Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Des séries à voir et à discuter autour de soi

When they see us

Mis en ligne le 1er mai 2020 Culture

When they see us (Dans leur regard), Drame, États-Unis, terminée.

4 épisodes de 1 h 20, Netflix.

La mini-série reprend l’histoire des « cinq jeunes de Central Park », cinq adolescents noirs et latino-américains de Harlem condamnés à tort, en 1989, pour le viol d’une joggeuse blanche. Le procès avait alors été très médiatisé, monté en épingle par les réacs’ de tout poil à l’approche des élections et dans le contexte d’un New-York marqué par la pauvreté et les très fortes inégalités sociales – et la série rappelle opportunément qu’un certain D. Trump s’était payé des premières pages de journaux pour demander le retour de la peine de mort et un renforcement de la police.

C’est pourtant cette police aux ordres d’une justice manifestement raciste qui, en une nuit de pressions physiques et psychologiques, a contraint quatre des cinq adolescents à déposer des témoignages mensongers les uns contre les autres. Contre toute évidence et malgré l’absence de preuves, ces « aveux » extorqués confirmeront les préjugés du jury et priveront ces jeunes de la fin de leur enfance, les forçant à finir de grandir en prison. En 2002, alors que deux des cinq condamnés sont encore derrière les barreaux, le vrai coupable se dénonce. Il faudra pourtant attendre dix ans de plus pour l’institution reconnaisse son erreur. Mais, comme le dit Korey Wise, qui a eu le tort d’avoir 16 ans à l’époque et a donc purgé une peine plus longue dans une prison pour adultes, ce n’est pas l’argent qui peut racheter ce temps volé.

Un documentaire avait déjà été réalisé sur le sujet [1], mais c’est un pari réussi que d’avoir fait rejouer l’affaire par des acteurs. Pas d’analyse abstraite ou de voix off donc, mais l’immersion aux côtés de ces jeunes dans la reconstitution de leur parcours dramatique nous fait mieux ressentir la réalité et l’actualité de leur situation. Car, depuis les années 1980, la misère n’a pas disparu (elle a été déplacée hors de Manhattan), pas plus que les injustices sociales – en a témoigné récemment l’émergence du mouvement Black Lives Matter. Aujourd’hui encore, un homme noir sur trois est assuré de passer par la prison au cours de sa vie.

Simon Vries


[1En 2012, The Central Park Five, de Burns et McMahon.

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article