Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 128, septembre-octobre 2019 > Faisons-les battre en retraite !

Faisons-les battre en retraite !

Retraites complémentaires : les précurseurs du point

Mis en ligne le 17 septembre 2019 Convergences Politique

Le calcul par points que Macron voudrait étendre à l’ensemble des retraites existe depuis leur origine dans les régimes complémentaires, aujourd’hui obligatoires pour tous les actifs. Pour la plupart des salariés du privé [1], ce « second pilier » de la retraite est géré par l’Agirc-Arrco [2], de façon paritaire entre syndicats d’employeurs et de salariés.

C’est donc par des accords, au niveau national et interprofessionnel, que sont fixés, et périodiquement modifiés, les paramètres qui déterminent le montant des pensions. Avec à chaque fois un bras de fer, des menaces de rupture des négociations… et finalement suffisamment de signatures pour valider le texte. Quitte pour les syndicats à accepter un taux de remplacement [3] à la baisse, une évolution des pensions d’un point inférieure à l’inflation ces dernières années, et même, depuis 2019, une minoration temporaire du montant versé à ceux qui auraient l’outrecuidance de partir dès l’âge de leur retraite de base à taux plein, avant 67 ans.

Pour justifier leurs reculs face aux exigences du patronat, les syndicats signataires invoquent immanquablement le risque d’un blocage en l’absence d’accord, pouvant conduire à une reprise en main directe par l’État… impliquant alors pour eux la perte de gestion de dizaines de milliards d’euros par an.


[1Ceux relevant, pour la retraite de base, du régime général de la Sécurité sociale ou de la Mutualité sociale agricole. Dans les « régimes spéciaux », le même organisme gère généralement les retraites de base et complémentaire.

[2L’Agirc (Association générale des institutions de retraite des cadres) et l’Arrco (Association pour le régime de retraite complémentaire) ayant fusionné au 1er janvier 2019, les multiples caisses qui gèrent la retraite complémentaire des salariés et retraités concernés sont désormais affiliées à ce régime unique.

[3Première pension de retraite divisée par le dernier revenu d’activité.

Lire aussi :

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 128, septembre-octobre 2019

Mots-clés