Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 126, mai 2019 > DOSSIER : Blanquer contre l’École

DOSSIER : Blanquer contre l’École

Réforme du bac et du lycée : le choix de la sélection

Mis en ligne le 14 mai 2019 Convergences Politique

La réforme du lycée général refond totalement les structures existantes. À partir de la Première, les séries générales disparaissent, officiellement pour laisser plus de « choix » aux élèves. Ceux-ci devront choisir, en fin de Seconde, trois spécialités parmi une liste de 12… enfin parmi celles qui seront ouvertes dans leur établissement, et à condition que leur triplette soit jugée « cohérente ». Chaque spécialité sera étudiée à raison de 4 heures par semaine en Première, et 6 heures en Terminale, après abandon d’une des trois spécialités. Au passage, le tronc commun est réduit, et expurgé des mathématiques. Reste un « enseignement scientifique » qui pourra être assuré, selon les établissements, par des enseignants de mathématiques et/ou de physique-chimie et/ou de SVT. La fin de la dictature des maths en tant qu’instrument de sélection sociale ? Bien au contraire ! Car, évidemment, les choix des élèves auront un impact sur leur poursuite d’étude via Parcoursup. Les formations du supérieur pourront exiger comme prérequis d’avoir suivi telle ou telle spécialité. Et c’est là que les choix seront déterminants ! Les maths hors du tronc commun, cela va au contraire accentuer leur aspect instrument de sélection sociale.

Le ministre dit mettre l’accent dans sa réforme sur l’accompagnement à l’orientation, avec des heures qui pourront être fléchées vers l’aide à l’orientation. Mais, dans le même temps, il supprime les Conseillers d’orientation – devenus depuis l’an dernier Psychologues EN, option orientation – et ferme les CIO (Centres nationaux d’informations et d’orientation) en délégant cette mission aux régions !

Les familles les mieux informées sauront mettre en place des stratégies pour leur progéniture (choix bien sentis de spécialités voire d’établissements), tandis que les autres – la majorité et, en particulier, les classes populaires – n’auront d’autre choix que de subir la sélection.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 126, mai 2019