Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 142, décembre 2021

Recommandations

Mis en ligne le 5 décembre 2021 Convergences

Des extraits de critiques de films, de séries et de livres que vous pourrez retrouver en version intégrale sur notre site.

Série

Série télé de Hwang Dong-hyeok

Diffusée sur Netflix, une saison de neuf épisodes

Le thème des « jeux sanglants » de cette série sud-coréenne n’est pas original en soi et a déjà donné lieu à de nombreux films. Mais le réalisateur parvient à renouveler le genre grâce à sa galerie de personnages qui représente une sorte d’échantillon crédible des victimes de la société capitaliste contemporaine. Il parvient même à évoquer la répression féroce d’une grève à laquelle a participé l’un des concurrents… Cet aspect subversif permet à la série de sortir du cadre du film de genre. On attend avec intérêt une saison 2 aussi réussie.

Films

Film de Catherine Corsini

Avec Aissatou Diallo Sagna, Valeria Bruni Tedeschi, Marina Foïs, Pio Marmaï

Osseuse ou amoureuse, La Fracture… est aussi sociale ! Le film réalisé par Catherine Corsini nous immerge dans une ambiance pas si lointaine, celle de la grève des urgences dans les hôpitaux, sur fond de répression brutale des manifestations des Gilets jaunes à Paris. Kim, infirmière, enchaîne sa sixième nuit de garde à l’hôpital, nuit de répression où les flics pourchassent les manifestants jusqu’à faire pénétrer les gaz lacrymogènes dans la salle des urgences… On passe du rire au drame. De quoi aussi retrouver l’énergie des manifestations Gilets jaunes et retrouver ce slogan : « Pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur ! »

Film de Xavier Giannoli, d’après Honoré de Balzac

On plonge dans le Paris de la Restauration. La Bourse est en pleine explosion et les murs se couvrent de publicité : tout s’achète et se vend. C’est dans ce contexte que l’on suit les désillusions d’un provincial idéaliste débarqué à Paris et qui tente d’y éprouver sa vocation littéraire. Illusions perdues… Le film, très brillant, restitue avec fidélité cet aspect du roman de Balzac, et c’est tant mieux !

Film d’Audrey Diwan

Un film sur l’avortement clandestin dans la France de 1963, adapté du récit du même nom d’Annie Ernaux. Une plongée dans le cauchemar d’une grossesse non désirée d’une étudiante et de sa solitude absolue, car autour d’elle, personne ne peut ou ne veut l’aider. Un film bienvenu à un moment où l’IVG est remise en cause ou toujours interdite dans de nombreux pays.

Livres

Sous la direction de Thomas Borrel, Amzat Boukari-Yabara, Benoît Collombat, Thomas Deltombe – Seuil, 2021, 1 008 p., 25 €

Chapitre après chapitre, ce livre d’un collectif d’auteurs proche de l’association Survie décrit une Françafrique bien vivante : système de prédation des ressources des pays appartenant au « pré carré », pour les plus grands profits des Bolloré, Bouygues, de Total et bien d’autres. Ce livre volumineux se lit avec passion tant il foisonne d’informations concrètes.

De David Diop – Seuil, 2021, 256 p., 19 €

L’auteur nous fait revivre l’aventure d’un botaniste du XVIIIe siècle, Michel Adanson, parti vers ces terres lointaines dans l’espoir de découvrir de nouvelles plantes et de nouveaux coquillages qui viendront enrichir ses collections. Adanson n’a aucun préjugé racial, ce qui est plutôt rare pour un Européen de cette époque. Reste une histoire d’amour qui se termine mal. Au passage, Diop dresse un portrait féroce de cette société esclavagiste imposée par le colonisateur. Un livre attachant qui nous rappelle l’histoire de ces savants voyageurs épris tout autant de science que de nature et de l’humanité.

De Thomas Cantaloube

Gallimard (Folio policier), 544 p., 9,20 € et Gallimard (Série noire), 432 p., 19 €

Deux polars très politiques sur la « décolonisation » à la française

Thomas Cantaloube s’est fait remarquer en 2019 à la sortie de Requiem pour une République. En mars 2021, il en a publié la suite, Frakas, dans laquelle on retrouve les mêmes personnages et un thème commun : celui de la décolonisation française.

Le premier ouvrage se déroule jusqu’en octobre 1961 avec des pages saisissantes sur le massacre des Algériens par la police française le 17 octobre. Le deuxième roman, Frakas, commence en 1960 avec l’élimination par les services secrets français d’un opposant camerounais. On assiste à la mise en place de la Françafrique. Des romans passionnants, très bien documentés, ponctués d’humour et de cynisme dans lesquels l’un des personnages le plus moral et le plus loyal est un… mafieux !

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 142, décembre 2021