Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 136, février 2021 > Amazon

Amazon

Quinze kilomètres à pied par jour en Amazonie

Mis en ligne le 18 février 2021 Convergences Entreprises

Dans les entrepôts Amazon qui ne sont pas encore dotés du système de Brétigny-sur-Orge, les pickers arpentent les allées et prennent les produits pour préparer les commandes. Le travail se fait avec les mains et, surtout, avec les pieds, car il faut parcourir au minimum quinze kilomètres chaque jour. Les gestes répétitifs et le port de charges lourdes sont à l’origine de douleurs articulaires et musculaires.

L’encadrement des travailleurs est sous-traité à un scan qui indique la liste des marchandises à rassembler, l’itinéraire à suivre et surtout le temps à respecter sous forme d’un compte à rebours. Il contraint donc à une certaine vitesse… et à une certaine prise de risque. Plus d’un millier d’accidents du travail ont été recensés en 2019 [1], et c’est probablement plus quand on sait que la hiérarchie dissuade les intérimaires de les déclarer.

Dans les entrepôts où sont introduits des robots, paradoxalement, la journée de travail s’allonge encore. Les patrons ne souffrent pas de temps mort pour amortir leurs machines. Et Amazon s’y connait en la matière : en 2019, les heures supplémentaires ont déjà cru de 58 %.


[1Ces chiffres viennent de l’étude réalisée par le cabinet Progexa pour les élus du CSEC d’Amazon.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article