Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 144, mars 2022 > DOSSIER : La guerre de Poutine contre l’Ukraine

DOSSIER : La guerre de Poutine contre l’Ukraine

Qui sont les véritables victimes des sanctions contre la Russie ?

Mis en ligne le 13 mars 2022 Convergences Monde

Extrait traduit de l’article du 11 mars 2022 de nos camarades américains de Speak Out Now, Who do the Sanctions against Russia Really Hurt ?

Le président américain Joe Biden répète qu’il n’a pas envoyé de troupes américaines en Ukraine pour lutter contre l’invasion russe. Mais les États-Unis et les autres puissances de l’Otan repositionnent leurs troupes près des frontières russes et aident le gouvernement ukrainien par l’envoi de matériels militaires. La menace d’un engagement militaire américain est donc omniprésente. […] Ne voulant pas s’engager dans une guerre totale contre la Russie, qui pourrait se transformer en troisième guerre mondiale, les États-Unis et leurs alliés de l’Otan utilisent les sanctions pour faire une guerre économique. Mais qui en sont les victimes et quels résultats peut-on en attendre ? Les sanctions économiques et financières ne s’en prennent pas seulement aux milliardaires russes et à leurs politiciens, Vladimir Poutine en tête. La classe dirigeante russe devra peut-être vendre certains de ses yachts, mais les sanctions atteignent durement les gens ordinaires, surtout les plus pauvres. […]

Le 28 février, la monnaie russe (le rouble) a perdu 30 % de sa valeur en un jour. Depuis, la chute du rouble s’est poursuivie et, au 10 mars, il avait perdu 50 % de sa valeur depuis le 1er janvier. […] Les gens sont obligés de choisir entre nourriture, vêtements et autres nécessités du quotidien. Une famille ouvrière moyenne en Russie était déjà beaucoup plus pauvre que ses homologues aux États-Unis : le revenu moyen en Russie était déjà d’environ un sixième de celui des États-Unis lorsque la guerre a commencé.

Suite aux sanctions, la bourse russe a fermé. Cela a largement mis un terme aux investissements étrangers en Russie, entraînant des disparitions d’emplois. Pire encore, des entreprises, américaines ou autres, ont cessé toute activité en Russie. Il s’agit d’entreprises allant de détaillants comme Nike, Apple, Coca Cola, Starbuck’s et McDonald’s, à des compagnies maritimes géantes comme Maersk, en passant par des fabricants de pièces automobiles, comme Ford et Volvo, ou des fournisseurs de pièces d’avion comme Boeing et Airbus. […] Les banques russes ont été prises d’assaut, […] les gens cherchant à utiliser leurs liquidités avant que le rouble ne perde encore plus de valeur.

Mais l’impact des sanctions économiques ne touche pas seulement la Russie

L’Ukraine et la Russie constituent ensemble un énorme « grenier » agricole pour le monde entier, produisant près de 30 % du blé disponible sur le marché mondial. Depuis début février, le prix des céréales a augmenté de plus de 75 % à cause de la guerre. Pendant ce temps, la désorganisation du commerce des combustibles fossiles a fait monter en flèche les prix de l’essence, qui ont atteint des niveaux record. Comment les travailleurs et tous les laissés-pour-compte de la mondialisation vont-ils supporter tout cela ?

Les politiciens des États-Unis et de l’Otan voudraient nous faire croire que leur réponse à l’invasion russe en Ukraine est non violente. Mais leurs prétendues sanctions enlèvent la nourriture de la bouche des enfants. Qu’est-ce, sinon de la violence ? Leurs sanctions détruisent des emplois et provoquent l’inflation, non seulement en Russie, mais dans le monde entier, affectant la santé physique et mentale de millions de personnes. Qu’est-ce, sinon de la violence ? Comment osent-ils prétendre le contraire ?

Biden et la plupart des politiciens des États-Unis et du monde entier voudraient que nous tenions Poutine comme seul responsable

Responsable de cette attaque et du massacre de civils qui l’accompagne, Poutine l’est incontestablement. Mais n’oublions pas que c’est le gouvernement américain qui a créé l’Otan pendant la guerre froide pour menacer l’Union soviétique. Alors, lorsque l’Union soviétique s’est dissoute il y a trente ans et que la Russie est redevenue une nation capitaliste, pourquoi l’Otan n’a-t-elle pas été dissoute ? Les dirigeants des États-Unis et de la plupart des pays européens considèrent toujours la Russie comme un concurrent sur les marchés mondiaux. Ils ont continué à essayer d’isoler ses dirigeants. Poutine et la classe dirigeante russe n’ont pas cédé, et les États-Unis et l’Otan ont mis Poutine au pied du mur.

Voilà donc où nous en sommes. L’ensemble de la population ukrainienne est confrontée à la mort et à la destruction. Et le reste des exploités et des opprimés du monde fait face au poids des sanctions et à la menace d’une guerre élargie. Nous devons rejeter cette guerre économique autant que les bombardements et l’invasion de l’Ukraine. Les travailleurs ne sont que les pions d’une lutte entre puissants pour le partage des territoires et des profits.

  • Les troupes russes doivent quitter l’Ukraine !
  • Les États-Unis et l’Europe ne doivent pas toucher à l’Ukraine !
  • Les peuples de la région doivent pouvoir déterminer leur propre avenir sans la contrainte des forces de domination extérieures !

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !