Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Des séries à voir et à discuter autour de soi

Queer as folk

Mis en ligne le 1er mai 2020 Culture

Queer as folk, Drame/Homosexualité, 1999//2000, Royaume-Uni//États-Unis-Canada, terminée.

2 saisons//5 saisons, 10/83 épisodes de 30-60//50 minutes.

C’était au précédent millénaire... En 1999, Queer as Folk débarquait sur les écrans anglais de Channel 4 et allait vite devenir culte dans le public homosexuel. Rien que des homos comme principaux personnages, c’était, à ce moment-là, du jamais vu dans une série télé ! Surtout qu’elle n’hésitait pas à jouer de tous les clichés, comme pour les renvoyer avec jubilation à la tête du spectateur.

On y suit les tribulations de deux gays de Manchester, l’un d’eux père biologique de l’enfant voulu par un couple lesbien, auxquels se joint un lycéen parti à la découverte des bars et boîtes de Canal Street. À l’approche de la trentaine, les plus âgés du groupe semblent avoir pour principale préoccupation de profiter de la vie avant de passer ce cap, synonyme à leurs yeux du début de la fin !

Dans Queer as Folk, il y a donc beaucoup de sexe (en images et en termes crus – une première aussi pour une série), de drague à la recherche du coup d’un soir, de drogue pour tenir la nuit en boîte avant de retourner au boulot le matin... Mais sans oublier, en toile de fond, l’homophobie en milieu scolaire, la difficulté d’un coming-out ou pour affronter les préjugés au travail.

Son succès immédiat a valu à la série un remake américano-canadien dès l’année suivante. Transposée à Pittsburgh, en Pennsylvanie, cette nouvelle version reprend les codes des dix épisodes de l’original anglais. Mais, en se poursuivant sur cinq saisons, de 2000 à 2005, elle aborde d’autres thèmes : la séropositivité à l’heure des trithérapies, le sida qui continue malgré tout à tuer, les rejets familiaux qui mettent des jeunes à la rue, voire sur le trottoir, les violences homophobes, le mariage homosexuel, les familles homoparentales, le vieillissement, etc. Rien de bien subversif toutefois, tant le point de vue reste celui d’un milieu petit-bourgeois, blanc et socialement conformiste malgré les apparences.

Reste que Queer as Folk a marqué une époque par l’apparition de l’homosexualité dans l’univers des séries télévisées des deux côtés de l’Atlantique. C’est, à ce titre, une sorte de document... et aujourd’hui une replongée à une époque où, il y a 20 ans, les applis géolocalisées sur téléphone portable n’avaient pas encore remplacé les chats devant un ordinateur à écran cathodique.

Gérard Wegan

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article