Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 122, novembre 2018 > Films

Films

Film

Nos batailles

de Guillaume Senez, avec Romain Duris

Mis en ligne le 13 novembre 2018 Convergences Culture

Nos batailles

de Guillaume Senez, avec Romain Duris


Olivier est chef d’équipe syndiqué sur la plateforme de tri d’une entreprise de vente électronique. La caméra entre dans l’usine, dans la vie d’Olivier et celle de ses collègues : leurs relations de camaraderie, la chaîne, le management qui broie, un vieil ouvrier est en passe d’être licencié. Et à la sortie de l’usine, il y a la famille, Olivier rentre tard à cause du travail mais aussi de son investissement pour défendre ses collègues. Avec le temps qui file, juste un moment pour embrasser ses enfants avant de les mettre au lit, il ne voit pas que sa jeune femme va mal. Un jour elle disparaît sans crier gare et le laisse avec la famille en plus à gérer. Trop injuste ? Pas vraiment.

C’est un film miroir, d’une actualité brûlante, avec les renoncements, le travail qui bouffe mais jamais ne déshumanise, la tendresse qui ne dit pas son nom, les solutions qu’on trouve avec les autres parce que jamais on ne renonce. Guillaume Senez n’explique rien, mais montre tout : la toile de la société d’exploitation en arrière-fond, la place inégale de l’homme et de la femme dans la famille, la difficulté à s’orienter dans l’écheveau des relations humaines dans cette société. Sa manière de filmer au plus près les relations de ses personnages et leurs affections rentrées est un manifeste d’espoir : leurs batailles, c’est ce qui compte, tout le reste est un fatras destiné à disparaître.

Anne Hansen

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 122, novembre 2018

Mots-clés