Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Des séries à voir et à discuter autour de soi

Masters of Sex

Mis en ligne le 1er mai 2020 Culture

Masters of Sex, Drame, 2013, États-Unis, terminée.

4 saisons, 46 épisodes de 55 minutes.

Créée à partir du roman éponyme de Thomas Meier, Masters of Sex raconte le quotidien professionnel et affectif de deux chercheurs spécialisés dans l’étude des comportements sexuels, William Masters et Virginia Johnson, qui sont des personnages réels. Tous deux ont commencé leurs travaux dans le département d’obstétrique et de gynécologie de l’Université de Washington à Saint Louis, où Masters était un gynécologue-obstétricien très connu, au milieu des années 1950. La série commence avec sa rencontre avec Virginia Johnson qu’il recrute pour l’assister dans ses recherches sur la sexualité et sur le traitement des troubles et dysfonctionnements sexuels.

Leurs travaux, qui les conduisent à faire des expériences in vivo avec des volontaires, sont mal vus par le milieu médical conservateur de leur département et de leur université et ils finissent par ouvrir un institut de recherche indépendant à Saint Louis en 1964.

L’intérêt de la série est dans la découverte des travaux sur la sexualité menés par Masters et Johnson, sur fond de pudibonderie et hypocrisie, de préjugés très ancrés (hérités souvent de la religion) qui rendent malades… et dont les chercheurs, lui surtout, très coincé, ne sont pas exempts.

La vie sociale et amoureuse des protagonistes est aussi très bien rendue, avec leur évolution qui suit celle de la société (la série s’achève à la fin des année 1960), les changements de relations et rapports de force entre eux. Les personnages secondaires sont intéressants et attachants aussi (le médecin homosexuel refoulé, la prostituée reconvertie, l’épouse soumise qui se libère peu à peu).

Une série réjouissante et plus profonde qu’elle n’en a l’air.

Liliane Lafargue

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article