Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Bulletins d’entreprise > Renault > 2020 > mai > 29

L’heure est à la riposte

Les révélations dans la presse sur le vaste plan de restructuration concocté par les patrons de l’Alliance Renault-Nissan se confirment. Nissan a annoncé des réductions d’effectif, entre 12 000 et 20 000 suppressions de postes dans le monde, et des fermetures de sites. Renault annonce de son côté 15 000 suppressions de postes, dont 4 600 en France. Plusieurs usines sont menacées de liquidation partielle ou totale à Flins, Choisy-le-Roi, Dieppe, Caudan ou Maubeuge. L’ingénierie n’est pas épargnée. Au technocentre de Guyancourt, où une bonne partie des prestataires ont déjà été remerciés, 1 500 postes doivent être supprimés.

Ces attaques visent non seulement l’emploi et les conditions de vie et de travail des salariés du groupe, mais aussi ceux des intérimaires et des sous-traitants qui en dépendent. C’est tous ensemble, quelle que soit notre catégorie, ouvriers, intérimaires, prestataires ou ingénieurs qu’il faut riposter !  

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article