Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 72, novembre-décembre 2010 > L’automne chaud de 2010

L’automne chaud de 2010

L’automne chaud 2010 au fil des semaines

Mis en ligne le 5 décembre 2010 Convergences Politique

En avant-première, au printemps 2010 : premières journées de mobilisation (800 000 puis 1 000 000 de personnes) les 23 mars et 27 mai. La réforme des retraites est annoncée depuis quelque temps et, le 16 juin, une première version du texte gouvernemental est élaborée. Le 24 juin, une nouvelle journée d’action rassemble deux fois plus de monde.

Mardi 7 septembre

La journée surprise. La trêve estivale est passée, marquée par les expulsions de Roms et l’affaire Woerth-Bettencourt. La mobilisation est bel et bien au rendez-vous : entre 1,1 et 2,5 millions. Jeudi 23 septembre

Entre 1 million et 3 millions. Quelques jours plus tard, début de la grève du port de Marseille.

Samedi 2 octobre

Cette fois un samedi, aussi entre 1 et 3 millions de manifestants.

Mardi 12 octobre

Pic de participation avec 3,5 millions selon les syndicats et 1,2 million selon la police. Surtout, la grève reconductible à l’appel des fédérations de cheminots à la SNCF prend forme, ainsi que dans les raffineries et chez les agents territoriaux. La semaine sera aussi marquée par les premières mobilisations lycéennes.

Samedi 16 octobre

Presque autant de manifestants que le 12 octobre.

Mardi 19 octobre

Les lycéens apparaissent dans les cortèges qui réunissent à nouveau entre 1,1 et 3,5 millions de personnes. Des millions dans la rue pour la troisième fois en moins de dix jours. Pénurie d’essence dans tous le pays, SNCF fortement en grève, lycées bloqués, multiples actions locales un peu partout. L’intersyndicale attend le 21 octobre pour appeler à de nouvelles journées plus éloignées.

Jeudi 28 octobre

Journée d’action en baisse, en période de vacances scolaires : 2 millions selon les syndicats, 560 000 selon la police. Fin de la grève reconductible à la SNCF le lendemain et début de reprise du travail dans les raffineries, les ports et les territoriaux.

Samedi 6 novembre

Un samedi, encore 375 000 et 1,2 million de personnes. Ces dernières manifestations, pourtant souvent sous une pluie battante, marquent par leur détermination et leur dynamisme.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Mots-clés