Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 90, novembre-décembre 2013

Élections législatives en Argentine : confirmation du succès de l’extrême gauche

Mis en ligne le 16 novembre 2013 Convergences Monde

Le Front de la Gauche et des Travailleurs (FIT – Frente de Izquierda y de los Trabajadores, composé de trois organisations trotskystes), qui avait obtenu 900 000 voix lors des primaires d’août 2013 (voir notre article précédent dans Convergences n°89 de septembre-octobre 2013), en a recueilli 1 150 000 aux législatives du 27 octobre. Le FIT a donc non seulement bénéficié des 100 000 voix qui s’étaient portées sur le Nuevo MAS (une autre organisation trotskyste qui s’était présentée seule en août), mais en a gagné 150 000. Au niveau national, cela ne représente que 5 % des suffrages mais le résultat est particulièrement significatif dans certaines villes et régions ouvrières où des militants du FIT sont reconnus par une partie des travailleurs pour leur intervention dans les entreprises et dans les luttes.

Par exemple à Salta (ville ouvrière dans l’industrie du pétrole), le FIT obtient 19,1 % et 14 % à Mendoza, 10 % dans la province de Neuquen (où est située Zanon, usine de céramique « auto-gérée »), 7 % à Jujuy (coupeurs de cannes et ouvriers du sucre). Le FIT va donc disposer d’au moins trois députés nationaux et 8 députés régionaux. De plus, il conteste l’élection dans la ville industrielle de Cordoba, où il ne lui manque que quelques dizaines de voix pour avoir un député national. Des manifestations et une plainte en justice ont demandé un recomptage.

La presse argentine de droite (Clarin) comme de gauche (Pagina 12, pro-Kirchner) s’accorde à reconnaître qu’il s’agit d’un succès historique des trotskystes. Par diverses interviews et déclarations [1], les responsables du FIT, tel Nestor Pitrola, ont souligné dans leur campagne électorale que le rôle de ces députés sera de favoriser la mobilisation des travailleurs et de se mettre à leur service. Ils proposeront immédiatement des lois sur l’augmentation des retraites et l’annulation de l’impôt sur les salaires, et soutiendront tout projet de loi favorable aux travailleurs. « Notre objectif n’est pas de gérer le système pour devenir des politiciens professionnels privilégiés, a souligné Pitrola, d’ailleurs nos postes seront rotatifs, je laisserai moi-même ma place à un autre camarade dans deux ans. »

31 octobre 2013, Georges RIVIERE


Buenos Aires : Station 11 : un nouveau crime social

Une semaine avant les élections, le 19 octobre, une nouvelle catastrophe ferroviaire se produisait dans la station 11 de Buenos Aires, sur la ligne Sarmiento, faisant 105 blessés dont 5 très graves. Exactement sur la même ligne et au même endroit que la tragédie du 23 février 2012, où 51 voyageurs avaient été tués et 500 blessés ! Entre-temps un troisième accident avait causé la mort de trois voyageurs. Ce qui fait trois catastrophes en moins de deux ans sur cette ligne. Chaque fois, le train n’a pas freiné à temps. La réaction des autorités a aussi été la même que la première fois : le conducteur du train a aussitôt été arrêté, bien que blessé, mis en isolement et accusé d’avoir tenté de dérober la boîte noire de sa locomotive pour dissimuler ses responsabilités. Un membre du gouvernement de Kirchner a même osé parler à la télévision de « sabotage ». À nouveau, la colère des voyageurs s’est manifestée par des affrontements avec la police dans la gare. Après le premier accident, la présidente avait parlé de « révolution ferroviaire », mais pratiquement rien n’a été fait et ce sont toujours des compagnies privées qui gèrent les lignes du RER et du métro de Buenos Aires avec l’aide des fonds publics, avec un contrôle renforcé de l’État mais sans résultat sur la sécurité, la principale préoccupation des gestionnaires portant sur l’augmentation des tarifs.

À noter : dans toutes les localités de banlieue desservies par la ligne Sarmiento, le score électoral des partisans de Kirchner s’est effondré…


[1Interviews dans Clarin et Pagina 12. Voir le site du PTS http://www.pts.org.ar/.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !