Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2020 > avril > 1er

Pénurie de médicaments : juste un effet secondaire de la bonne santé des profits

1er avril 2020 Brève

En pleine épidémie de Covid-19, le personnel hospitalier s’alarme de la faiblesse des stocks de médicaments nécessaires à la lutte contre cette maladie.

On nous a vite désigné du doigt l’Inde et la Chine qui produisent une grande partie des principes actifs vendus dans le monde. Il est vrai que la pandémie a désorganisé la production en Chine et que l’Inde, tout comme la France d’ailleurs sur la chloroquine, a pris des mesures pour limiter les exportations. Il est vrai aussi qu’on peut pointer l’irrationalité d’un système dans lequel les localisations de productions ne se font pas en fonction des besoins de la population mais des profits escomptés par les actionnaires.

Mais, la pénurie ne date pas d’aujourd’hui. Ce sont des centaines de médicaments, vaccins et anticancéreux qui manquent régulièrement. En cause : les entreprises pharmaceutiques qui délaissent la production moins rentable de médicaments dont les brevets sont tombés dans le domaine public, voire qui organisent la pénurie pour négocier des prix à la hausse avec les gouvernements.

Encore une fois, la crise du Covid-19 agit comme un révélateur de l’irrationalité du système capitaliste.

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article