Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 56, mars-avril 2008 > Après les chassés-croisés des élections municipales : où va l’extrême gauche (...)

Après les chassés-croisés des élections municipales : où va l’extrême gauche ?

Les justifications de la majorité

Mis en ligne le 21 mars 2008 Convergences Politique

La parution de la tribune de la fraction « l’Étincelle » est suspendue (Lutte de Classe, n°111, mars 2008)

Il y a douze ans, des camarades en désaccord avec certains choix politiques et organisationnels de la direction de Lutte Ouvrière avaient demandé à s’organiser en fraction au sein de notre organisation. Après une large discussion à laquelle avaient pu prendre part tous les militants de Lutte Ouvrière, cette demande avait été acceptée et un protocole d’accord fixant les relations entre Lutte Ouvrière et sa minorité avait été adopté. Dans le cadre de ce protocole, nos lecteurs trouvaient dans chaque numéro de la Lutte de Classe une tribune exprimant le point de vue de la fraction « l’Étincelle » sur le problème de son choix.

La fraction minoritaire est en désaccord avec les orientations concernant les élections municipales adoptées lors de notre dernier congrès. C’était évidemment son droit le plus strict, et nos lecteurs ont eu l’occasion de prendre connaissance de son point de vue à ce sujet dans la tribune qu’elle lui a consacrée dans notre dernier numéro.

Cependant le protocole adopté en 1996 précisait qu’en ce qui concerne les campagnes politiques et électorales, si la discussion était évidemment libre, le respect dans les interventions des décisions de la majorité s’imposait à tout le monde.

Or il est apparu que la minorité faisait une lecture de ce protocole d’accord tout à fait différente de celle de la majorité, en patronnant, à Wattrelos, dans le Nord, alors même que Lutte Ouvrière y constituait sa propre liste, une liste dont la constitution et la politique étaient en contradiction avec les décisions arrêtées par le dernier congrès de Lutte Ouvrière, et dont les têtes de listes, démissionnaires de notre organisation depuis des années, entretenaient auprès des travailleurs de Wattrelos la confusion sur leur appartenance à Lutte Ouvrière. Une telle attitude, que les camarades de la fraction ont revendiquée, remettait évidemment en cause le protocole qui définissait les relations entre la majorité et la minorité de notre organisation. En conséquence, le Comité central de Lutte Ouvrière a confirmé la décision de suspension prise à ce sujet par le Comité exécutif.

L’ensemble de la Fraction est suspendu jusqu’au prochain congrès qui se tiendra fin 2008 et qui aura à statuer sur l’avenir des relations entre ces camarades et la majorité de l’organisation. Cela signifie que la publication des tribunes de la fraction dans Lutte de Classe comme dans Lutte Ouvrière est également suspendue. En revanche, les militants de la Fraction qui disposent déjà depuis longtemps de leur propre revue pour s’exprimer à l’extérieur, auront par ailleurs toute possibilité d’intervenir dans la discussion qui se déroulera au sein de notre organisation, par voie de bulletins intérieurs, pour défendre leurs positions.

2 février 2008

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article