Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 56, mars-avril 2008

Dans notre courrier : à propos de l’extrême gauche belge : les trotskistes envieux des maoïstes ?

Mis en ligne le 21 mars 2008 Convergences Monde

J’aimerai réagir à votre article sur la gauche radicale belge.  [1]

Étant membre du PTB, je peux rectifier certaines erreurs qui se sont glissées dans le texte, qui est de bonne qualité, si vous le voulez bien.

D’abord, il n’est nul question de créer un nouveau parti pour le PTB : il s’agit de développer le parti de façon à le faire passer du statut groupusculaire que nous conservons depuis notre création à une force montante de la politique, bref fréquentable pour ses centaines de milliers de sympathisants socialistes (et écologistes) qui ne sont pas encore décidés à choisir le camp des communistes. Vous n’êtes pas sans savoir puisque vous avez lu que nous cherchons actuellement à casser la caricature que se font les habitants de notre plat pays qui est le nôtre du Parti du Travail de Belgique en rompant le « cordon sanitaire médiatique ».

Comme vous êtes perspicace, vous avez pu constater que la classe ouvrière n’est guère très consciente malgré le fait qu’elle soit syndiquée dans sa majorité. Nous voulons être écoutés et coller avec les aspirations, aussi maladroites et spontanées soient-elles, de ces familles ouvrières dégoûtées d’un parti socialiste corrompu. Je crains que nous n’y parvenions pas en faisant étalage de la science marxiste comme nous le faisons depuis 30 ans.

Sur ce point, je tiens à vous rassurer : deux universités marxistes (été et hiver) rassemblent deux fois par an les camarades qui souhaitent approfondir les formations qu’il est demandé de suivre s’ils veulent devenir des membre organisés dans une cellule du Parti. En effet, le parti s’est adapté aux différentes dynamiques de ses membres en proposant plusieurs façons de s’impliquer dans le parti : celle que vous soulignez est la plus légère. Sachez que nous proposons à ces membres « non organisés » de franchir le nouveau cap qu’est de rejoindre une cellule du parti. J’ajoute en disant que le mouvement de jeunes du PTB, Comac, organise annuellement l’École Karl Marx, week-end de formation allant d’une conférence sur un problème de société jusqu’à l’étude d’un livre marxiste. Je complète en disant que des cellules du PTB ou de Comac organisent des formations à leur usage personnel (je puis vous citer des exemples). J’espère vous avoir convaincus de renier cet argument qui est souvent utilisé par les héritiers des CCC, nos « adversaires » idéologiques.

Vous serez certainement contents d’apprendre que lors du meeting de clôture du 8e congrès du PTB-PVDA le 2 mars, les 3 000 membres du parti découvriront leur nouveau président et le nouveau logo.

8 février 2008. A. T.

PS : si vous voulez une observation, vous avez raison de souligner l’échec des trotskistes du MAS-LSP dans l’ouverture de son parti vers les milieux modestes. La différence avec nous est simple : ils n’ont aucune structure pour accueillir de potentiels nouveaux membres, nous si. Et si vous voulez un avis qui n’engage que son auteur, cette stratégie met en lumière une envie rancunière de rattraper un parti sortant du lot des petites organisations de convaincus en recopiant son approche.


[1Cf l’article paru dans notre n° 55 (janvier-février 2008) : En Belgique aussi : la création d’un nouveau parti d’extrême gauche à l’ordre du jour.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article