Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences révolutionnaires > Numéro 130, janvier-février 2020 > La grève de 2019-2020 > Les grévistes en action

La grève de 2019-2020

Les grévistes en action

Dépôt de Montrouge

Les Gilets jaunes rouges de rage

Mis en ligne le 21 janvier 2020 Convergences Politique

« Tu vois chez les travailleurs il y a plusieurs couches : les plus précaires, ça c’est les Gilets jaunes. Eux, ils ont déjà fait leur révolution l’année dernière, et ensuite, tu as les travailleurs un peu plus “privilégiés”, c’est nous. Cela a mis plus de temps à ce qu’on s’y mette mais voilà, on est dans la bagarre maintenant ! »

Au dépôt de Montrouge, déjà pendant le mouvement des Gilets jaunes, ils étaient quelques-uns à partir ensemble aux manifestations du samedi. Dans cette mobilisation contre la réforme des retraites, ces samedis restent des échéances à part entière pour les grévistes. Facile de se retrouver dans les manifs entre machinistes du secteur. Les signes de reconnaissance ne manquent pas : un gilet jaune hérissé en drapeau avec le logo de la RATP tagué en noir, « Je l’adore ce drapeau, je l’ai fait moi-même, avec le cœur ! », un t-shirt « pas de retraite, pas de kilomètres », dont les bénéfices de la vente revenaient à la caisse de grève, ainsi qu’une banderole « Macron et le Cac 40 veulent la guerre. BATTONS-NOUS. Dépôt de bus Montrouge », signée du comité de grève, derrière laquelle ils défilent en tête de manifestation, devant les ballons syndicaux. La méfiance envers toutes celles et ceux ayant voulu les représenter, politiciens ou syndicats, se retrouve dans le leitmotiv du mouvement actuel : « la grève aux grévistes ». Derrière cette phrase, la volonté de diriger par soi-même et de ne pas remettre les décisions à d’autres. C’est la même méfiance envers les directions syndicales que l’on retrouve à présent dans plusieurs échanges matinaux sur les piquets et les blocages des bus. À Montrouge, un comité de grève, réunissant syndiqués et non syndiqués, a été fondé pour répondre à cette volonté des grévistes de s’organiser et de décider par soi-même.

Le mouvement même des Gilets jaunes trouve un nouveau souffle dans la mobilisation actuelle, et les revendications de l’hiver dernier « contre la vie chère, vivre et ne pas survivre » sont à nouveau mises sur le devant de la scène. Dans les manifestations, le gilet jaune est ajouté au gilet vert RATP, celui d’une partie des travailleurs remettant au goût du jour leur arme principale, la grève. 

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article