Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 130, janvier-février 2020 > La grève de 2019-2020 > Les grévistes en action

La grève de 2019-2020

Les grévistes en action

Ateliers RATP de Saint-Ouen

Le quotidien de la grève

Mis en ligne le 21 janvier 2020 Convergences Politique

Dès le 5 décembre, les grévistes ont tenu des piquets devant l’atelier MRF (maintenance des métros) de Saint-Ouen. À ce rendez-vous quotidien une dizaine se retrouvait tract à la main pour discuter avec la minorité qui allait bosser. Le 5 décembre d’ailleurs, même des extérieurs à la RATP ont pu entrer dans l’atelier où régnait un silence total tellement celui-ci était vide, seuls les arguments des grévistes y résonnaient !

Très rapidement s’est mis en place un quotidien de la grève : après le piquet, rendez-vous à l’union locale CGT aux côtés de profs et de militants du privé (Alstom, Bosch, PSA). Moments riches en échanges d’arguments, où les grévistes donnaient le ton, qui débouchaient toujours sur des décisions pratiques, par exemple pour organiser des diffusions de tracts à La Poste, Conforama, aux parents d’élèves, etc.

À plusieurs reprises, le tour des boites privées et des établissements scolaires a été organisé, ce qui a permis non seulement de montrer que la grève était bel et bien vivante au-delà des transports en commun, mais également permis d’innombrables discussions entre grévistes, de la critique du chef qui insulte tous les jours à la remise en cause du capitalisme, chacun se rendant fier de cette lutte collective dont il s’est emparé.

C’est une vraie « interpro » qui a coordonné le quartier pendant ces 45 jours. En plus de ces tournées dans la ville, un barbecue a été organisé avec l’arrivée des vacances de Noël pour bien signifier qu’ici non plus il n’y aurait pas de trêve. Un vrai point d’appui qui a permis de faire vivre et d’étendre la grève. Comme lorsque les grévistes de la RATP sont venus à l’assemblée générale d’un lycée du coin.

Au-delà du quotidien de la grève à Saint-Ouen, les jours de manifestation ont eux aussi leur petit rituel : après le piquet et l’AG interpro, une première manif fait le tour de la ville, un tour de chauffe avant de se rendre à pied aux manifestations parisiennes, rejoints sur le trajet par de nombreux grévistes : dépôts de bus de Belliard, Championnet, de Pleyel, ou encore de la ligne 13. Ce cortège, parfois plus d’un millier, avec toutes ses banderoles et ses slogans traverse la capitale d’un bout à l’autre dans une ambiance déterminée et chaleureuse !

Des liens continuent de se tisser, avec les collègues de la déchèterie TIRU qui entraient en grève la semaine dernière, avec le renfort immédiat sur leur piquet de la RATP, des profs et des autres.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article