Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences révolutionnaires > Numéro 130, janvier-février 2020 > La grève de 2019-2020 > Les grévistes en action

La grève de 2019-2020

Les grévistes en action

Paris 18e

Barbecue à Belliard

Mis en ligne le 21 janvier 2020 Convergences Politique

Le 5 décembre, les grévistes du dépôt-bus de Belliard (Paris 18e) se préparent à partir à la manifestation autour d’un barbecue, rejoints par un cortège d’une vingtaine d’étudiants du campus de Clignancourt. Au cours de la grève, le barbecue est devenu un point de convergence du quartier. Grévistes de la RATP d’autres dépôts ou du métro, étudiants ou profs du 18e, ou encore postiers en grève comme notre camarade Olivier Besancenot, toutes les manifs commencent au barbecue du dépôt de Belliard. « Ça fait du bien de se rassembler, nous souffle un gréviste, on se sent puissant tous ensemble ». Les grillades à Belliard, ce n’est pas seulement les jours de manifestation : « Si c’était notre société, on ferait des merguez tous les midis ! Ça serait convivial au moins ».

Ce déjeuner, c’est l’interaction avec le quartier, et les preuves de soutien ne manquent pas. Poings levés, coups de klaxons aident à garder le moral… au moins autant que les saucisses. Une passante a même demandé le micro pour crier « Macron voleur ! » devant le piquet hilare. Une autre est venue mettre les grévistes en garde, « vous êtes cégétistes ? Parce que Martinez c’est pas votre allié ! Il dit qu’il vous soutient le jour mais le soir il dîne avec Macron. Il faut vous méfier ».

À mesure que le mouvement dure, le barbecue de Belliard devient plus sophistiqué. On peut toujours manger des merguez comme au premier jour, mais il y a aussi du kefta et des brochettes. « On achète chez le boucher. On va quand même pas manger du Lidl, on peut pas. On tient pas 40 jours sinon », rigole un machiniste en grève. Le grill aussi a été changé, il en fallait un plus grand pour les départs en manif qui peuvent rassembler plus de cent personnes comme le 9 janvier.

« Je n’aurais pas pu dire qui, ici à Belliard, allait cuisiner ou écrire un tract… Même argumenter… Mais avec la grève on découvre des talents. » Autour du repas, les grévistes échangent et partagent, ils se motivent les uns les autres pour poursuivre la lutte. « C’est notre force qu’on mange ensemble tous les midis. On a la solidarité de classe ! »

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article