Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 18, novembre-décembre 2001

Fin d’une étape... sur un chemin commun

Mis en ligne le 1er décembre 2001 Convergences

Militants de la LCR, nous avons été à l’initiative, il y a trois ans, du lancement de Convergences Révolutionnaires, avec les camarades de Lutte Ouvrière, membres de la Fraction L’Etincelle.

Aujourd’hui, avec regret, nous avons décidé d’arrêter cette collaboration effectuée pour 17 numéros.

Paradoxalement, la fin de cette collaboration n’est due en rien à une difficulté politique que nous aurions rencontrée dans ce travail commun. Encore moins à l’actuelle mise en sommeil des relations unitaires entre Lutte Ouvrière et la LCR. Bien au contraire, nous avons sur ce point une analyse largement convergente avec celle des camarades de la Fraction l’Etincelle (voir l’article consacré à l’échec des discussions unitaires sur l’élection présidentielle dans l’avant-dernier numéro). Cela ne vient pas non plus de l’échec de cette revue elle-même. Au contraire, les 17 derniers numéros ont fait la preuve que nos deux courants pouvaient écrire ensemble une revue militante, utile pour ceux et celles qui militent autour de nous, notamment dans les entreprises et « faire la preuve par notre travail en commun qu’il est possible de combattre les pratiques sectaires au sein de l’extrême gauche. » (Qui sommes-nous ? Que voulons-nous ?).

Convergences Révolutionnaires a été capable d’aborder les questions sociales et politiques essentielles. En fait, nous tirons un bilan très positif de cette collaboration, totalement inédite entre des militants de la LCR et de LO.

Ce qui nous a amené à l’arrêt de cette collaboration tient exclusivement à la difficulté, de notre part, de maintenir le même investissement militant.

Lorsque la revue a été lancée, à l’automne 1998, nous formions une tendance de la LCR, qui, depuis plusieurs années, développait une orientation alternative à celle menée par la majorité de la LCR. Nous soutenions la nécessité d’une politique d’opposition ouvrière au gouvernement social-démocrate et de la construction d’une alternative, basée sur l’action directe des révolutionnaires. Cela imposait pour nous, notamment, de redonner toute sa place à l’intervention politique de la LCR, à commencer par son travail dans les entreprises, à un investissement dans les mouvements sociaux radicaux apparus depuis le début des années 90, et bien sûr, à la recherche d’une action commune des divers courants révolutionnaires, à commencer par la LCR et LO.

Au moment du lancement de la revue, une partie de ce chemin avait déjà été réalisé, puisque le choix avait été fait par la LCR de proposer une campagne européenne commune à LO. Dans la foulée de cette nouvelle orientation, une nouvelle majorité s’est formée au dernier congrès de la LCR, dont la tendance Révolution ! était totalement partie prenante. Et nous pensons que l’orientation développée par notre organisation – l’opposition au gouvernement, la mise en avant d’un programme d’action anticapitaliste, l’unité dans les mobilisations – correspond aux intérêts des salariés dans la situation actuelle. C’est à la suite de ce congrès, il y a un an, que naturellement nous avons décidé la dissolution de notre tendance. Mais nous avons décidé de continuer notre travail au sein de Convergences Révolutionnaires, vu l’utilité de cette revue et l’exemple de collaboration durable entre révolutionnaires que cela représentait ; tout en estimant qu’il fallait désormais, la tendance n’existant plus, que d’autres camarades de la LCR s’investissent dans la réalisation et la diffusion de la revue et que ce travail soit pris en compte par toute la LCR et sa direction comme un apport pour notre intervention.

Dans les mois qui ont suivi, les camarades de la tendance se sont profondément investis dans les tâches de mise en oeuvre des orientations de la LCR, l’animation et la construction de ses directions et la réalisation de sa presse. De plus, le réseau de diffusion que représentait la tendance n’existait plus en temps que tel.

Pour nous ce grand écart n’était pas tenable longtemps, et nous n’avons pas réussi à convaincre les autres camarades de la direction de la LCR de l’utilité de la revue et de la possibilité de l’inclure dans notre système de publications.

Une collaboration a un sens lorsque les deux partenaires réalisent chacun un effort sinon totalement égal, du moins comparable. Ce n’était plus le cas pour notre part dans la réalisation et la diffusion de la revue.

Dès lors, nous avons décidé de cesser notre participation, tout en ayant la volonté de continuer d’entretenir une collaboration fraternelle et militante avec les camarades de L’Etincelle, par des échanges politiques et un travail commun dans l’action, à chaque fois que possible. La direction de la LCR s’est sur ce point clairement décidé à établir ces relations, ce qui s’est notamment réalisé dans les discussions liées à la préparation de la manifestation du 9 juin.

Laurent CARASSO, Marc DORMOY, Charles PAZ

Lire aussi :

Mots-clés : | | | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article