Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 18, novembre-décembre 2001 > DOSSIER : Afghanistan, crimes et méfaits capitalistes

DOSSIER : Afghanistan, crimes et méfaits capitalistes

Carte de l’Afghanistan

Mis en ligne le 1er décembre 2001 Convergences Monde

image 450 x 551

Pays à l’écart des routes commerciales depuis le XVIe siècle, isolé par ses montagnes, dominé par des monarques pachtounes depuis le XVIIIe siècle, à l’époque l’Afghanistan comprenait aussi le Pakistan actuel.

Inquiets de l’expansion de l’empire russe vers le sud, les Anglais ont voulu imposer leur influence en Afghanistan pour protéger leur empire des Indes. En 1838, à la faveur d’une longue querelle dynastique, ils envahissent l’Afghanistan en soutien à un prétendant. Ils doivent battre en retraite en 1842 mais s’installent dans le Pakistan actuel. En 1878, une nouvelle invasion britannique échoue au bout de deux ans. L’indépendance est reconnue en 1919, à l’issue d’une courte guerre contre les Anglais.

D’après l’Encyclopaedia Universalis, avant l’intervention soviétique, l’Afghanistan avait 14 millions d’habitants sur un territoire de 650 000 km2 (France : 550 000 km2). 30 % étaient Tadjik, 40 % Pachtoun, 12 % Hazara, plus de nombreuses autres ethnies. Les 90 % de la population étaient analphabètes et vivaient de l’agriculture dans les bassins entre les montagnes. 15 % seulement habitaient les villes. En dehors de Kaboul comptant 700 000 habitants, seules Kandahar et Herat dépassaient 100 000 habitants.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article