Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 120, juin-juillet-août 2018 > DOSSIER : Mai 1968 dans le monde – II

DOSSIER : Mai 1968 dans le monde – II

Février 1968 à l’Université d’État de Caroline du sud, à Orangeburg

Mis en ligne le 14 juin 2018 Convergences Monde

En février 1968 eut lieu l’un des incidents les plus violents sur un campus universitaire de l’histoire des États-Unis. Le 5 février, des étudiants de la South Carolina State University, une université traditionnellement noire, se dirigèrent vers All-Star Bowling Lanes à Orangeburg. Malgré la loi de 1964 sur les droits civiques, la ségrégation y existait toujours. Les étudiants organisèrent un sit-in au bowling jusqu’à ce que la police arrive. Les étudiants se dispersèrent alors pacifiquement. Le lendemain, les étudiants retournèrent en plus grand nombre au bowling pour y faire encore un sit-in. Les flics arrêtèrent 15 étudiants et en frappèrent brutalement plusieurs autres. En colère face à la répression policière, plus de 100 étudiants se réunirent le soir du 8 février sur le campus de l’Université pour protester contre la politique raciste des autorités de l’État et du bowling. Au cours de ce rassemblement, les manifestants organisèrent un grand feu de camp que la police s’efforça d’éteindre. C’est alors que l’un des officiers reçut un projectile parti de la foule. Ce fut le prétexte utilisé par les policiers pour ouvrir le feu sur la foule désarmée : trois étudiants furent tués, vingt-sept autres blessés. Par la suite, les neuf officiers de police qui avaient tiré sur les manifestants furent blanchis de toutes les charges qui pesaient sur eux. La seule personne qui fut jetée en prison après ces événements fut Cleveland Sellers, un étudiant responsable de la section de l’Université du Student Nonviolent Coordinating Committee – SNCC, comité de coordination des étudiants pour la non-violence. Il fut accusé d’incitation à l’émeute pour avoir pris part au rassemblement de ce soir-là.

Mots-clés : | | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 120, juin-juillet-août 2018