Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 59, septembre-octobre 2008

États-Unis : la crise économique va-t-elle chambouler la campagne électorale ?

Mis en ligne le 2 octobre 2008 Convergences Monde

En guise de programme jusqu’alors les candidats aux élections présidentielles américaines se sont contentés de miser sur les sentiments supposés de leurs électeurs respectifs. La peur suscitée par le souvenir du 11 septembre 2001 et la nécessité de livrer la « guerre au terrorisme » pour le sénateur républicain de l’Arizona, John McCain. Le désir de changement après 8 années de gouvernement Bush pour le sénateur démocrate de l’Illinois, Barack Obama. Ni l’un ni l’autre n’avaient de projets substantiellement différents à proposer.

Pourtant la crise économique qui s’est installée au premier plan des préoccupations des Américains comme du monde, aurait dû troubler le bla bla médiatique et la routine électorale. Les sondages semblaient certes remonter en faveur d’Obama, la crise étant forcément mise sur le dos des républicains. Mais pas plus Obama que McCain ne semblaient en mesure de présenter un programme et des propositions pour faire face à la catastrophe annoncée. Tous deux soutenaient, au moins tacitement, le plan de sauvetage des banques et des financiers de 700 milliards de dollars de Bush, lançaient l’appel rituel à une surveillance et une régulation accrues du système des emprunts et demandaient davantage de responsabilité de la part des prêteurs… étrangers. Tous deux avaient accepté de conférer avec Bush pour apporter leur soutien à sa politique.

Et puis, au moment où nous écrivons, patatras, nous apprenons que l’un des deux vient de feindre de s’opposer au plan Bush. Obama ? Non McCain, le républicain. Bien sûr, sa descente dans les sondages n’est certainement pas étrangère à ce retournement qui ne sera peut-être pas le dernier de cette campagne. Mais s’il fallait une illustration du profil politique des deux hommes tel qu’il est tracé ci-dessous par des camarades américains du groupe RWG (Revolutionary Workers Group) et une confirmation de ce qu’il faut attendre, ou plutôt ne pas attendre, des deux candidats, quel que soit celui qui sera élu le 4 novembre prochain, nous l’avons eu ce 25 septembre.

26 septembre 2008

Barack Obama, le candidat de la rupture ? Pas avec le « big business »…

John McCain, le républicain (mal) masqué

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Mots-clés