Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 88, juin-juillet-août 2013

Après l’assassinat de Clément, jeune militant étudiant, combattre l’extrême droite et ses idées

Mis en ligne le 17 juin 2013 Convergences Politique

Clément, jeune de 18 ans, militant antifasciste et syndicaliste étudiant, a été assassiné mercredi dernier 5 juin, frappé à mort par une bande de nervis d’extrême droite.

Depuis quelques temps les petits groupes d’extrême droite, plus ou moins proches de Marine Le Pen ou en tout cas de ses idées, jouent des muscles pour s’en prendre à tout ce qui leur déplait. On les a vus récemment faisant de la surenchère lors des manifestations de la droite réactionnaire contre la loi sur le mariage pour tous, et jouant les provocations. Ou agressant en pleine rue des couples homosexuels à Nice ou à Paris. Sans parler des agressions racistes perpétrées par ce genre d’individus.

Tout petits groupes pour l’instant, ils sont encore loin de pouvoir s’en prendre au mouvement ouvrier ou de jouer les briseurs de grèves et agresseurs de grévistes. Mais dans la situation de crise d’aujourd’hui, c’est à cela qu’ils ambitionnent pour se rendre utiles aux patrons et gravir les échelons du monde politique.

Bien difficile de compter, pour s’en débarrasser, sur un Manuel Valls qui, en multipliant les expulsions d’immigrés, alimente tous les préjugés sur le terreau desquels grandit l’extrême droite. Pas plus sur Hollande et son gouvernement qui, en menant la même politique que Sarkozy à l’encontre de la population laborieuse ou partant guerroyer en Afrique au profit des trusts français facilitent toutes les démagogies du Front National et de ses émules.

Pour éradiquer la gangrène d’extrême droite, pour combattre la progression des préjugés qu’elle colporte dans le but de gagner de l’influence, y compris dans les quartiers pauvres, en opposant les uns aux autres au nom de la France ou de la race, il faut que les travailleurs montrent leur force. Qu’ils donnent, par leurs luttes, par leur solidarité de classe, Français et immigrés tous ensemble, un espoir à la jeunesse et une issue à la crise dans laquelle le monde capitaliste nous plonge.

10 juin 2013, Olivier BELIN

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 88, juin-juillet-août 2013

Mots-clés