Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 124, janvier-février 2019

Acte 12 samedi, et acte 12 bis mardi 5 février

Tous ensemble, contre Macron et nos patrons !

(Éditorial des bulletins d’entreprise L’Étincelle, du lundi 28 janvier 2019)

Mis en ligne le 5 février 2019 Convergences Politique

Décidément rien ne marche pour faire rentrer les Gilets jaunes dans le rang. Après la série de petits meetings de Macron pour vendre son programme avec des airs de campagne électorale, ses partisans ont tenté une opération « Foulards rouges » en scandant des slogans en soutien à la police et pour le rétablissement de « l’ordre républicain ». Pas de quoi changer la donne. Entre-temps, Macron discutait vente d’armements en Égypte avec le dictateur Al Sissi. Tout un programme ! Reste le « grand débat » dans lequel Macron a entraîné des maires, des politiciens de gauche ou de droite comme Wauquiez, mais pas de Gilets jaunes, tenus à l’écart des réunions par les policiers et pas dupes de la manœuvre.

Les Gilets jaunes ne lâchent pas l’affaire

Le mouvement des Gilets jaunes tient le coup et s’est même ancré dans le paysage au rythme des manifestations du samedi, puisque le gouvernement n’a rien lâché sur les revendications. Alors qu’ils luttent contre la vie chère, les bas salaires et la galère quotidienne, Macron et Édouard Philippe se paient le ridicule de proposer comme issue potentielle du « débat » l’aménagement de la limitation à 80 km/h sur les routes départementales…

Mais les Gilets jaunes se battent pour leur avenir, pour vivre et ne plus survivre. Des dizaines de milliers de personnes sont déterminées à tenir face au gouvernement en manifestant le week-end. Sans compter la majorité de la population, selon les sondages, qui soutient la lutte des Gilets jaunes sans encore descendre dans la rue.

Pour tenter d’affaiblir le mouvement, le gouvernement cherche à faire peur en envoyant la police tirer au flash-ball sur les manifestants, avec les blessures graves qui s’ensuivent.

Mais malgré les manœuvres d’intimidation, la loi liberticide dite « anti-casseurs » de Castaner, le bras de fer contre Macron se poursuit.

Le week-end des 26 et 27 janvier, dans la petite ville de Commercy, dans la Meuse, des Gilets jaunes d’une centaine de villes se sont réunis en une « Assemblée des assemblées » pour un grand débat sur leurs propres revendications et leurs perspectives. L’initiative devrait avoir une suite. D’autant qu’elle se fait l’écho de l’appel à étendre la mobilisation aux entreprises dans la première semaine de février.

Préparons le 5 février dans les entreprises

Les syndicats CGT et Solidaires appellent à faire grève et à manifester le 5 février. Certains groupes de Gilets jaunes ont répondu à l’appel et ont eux aussi lancé le mot d’ordre de grève, et pourquoi pas, de grève illimitée. Après l’acte 12 de samedi prochain, il y aura donc un acte 12 bis, le mardi suivant.

Cette journée de grève est l’occasion de lancer la lutte des Gilets jaunes sur les lieux de travail.

Depuis le début, des travailleurs et certains militants syndicaux cherchent comment se joindre au mouvement, car ils se sentent solidaires de sa détermination et de ses revendications. De l’autre côté, ceux qui ont pris l’habitude d’aller sur les ronds-points ou de manifester le samedi pourraient enfiler, en semaine, le gilet jaune avec leurs collègues.

Pour l’augmentation des salaires, mais aussi pour toutes les revendications du monde du travail. Passer à la grève dans les entreprises permettra d’accentuer la pression sur le patronat qui s’enrichit de notre travail.

Pour réussir ce 5 février et passer enfin à l’offensive, il faudra préparer cette mobilisation à la base. Les Gilets jaunes n’ont pas attendu de directives venues d’en haut pour se mettre en mouvement. Leur détermination a semé la panique au gouvernement. C’est le moment, avec eux, tous ensemble, de se faire sérieusement craindre du grand patronat.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article