Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 24, novembre-décembre 2002 > DOSSIER : Pétrole : ces trusts qui saignent la planète

DOSSIER : Pétrole : ces trusts qui saignent la planète

Production et réserves

Mis en ligne le 22 novembre 2002 Convergences Monde

En 1945, les Etats-Unis étaient les premiers producteurs de pétrole avec 65 % de la production mondiale. Loin derrière, le Venezuela produisait 13,4 %. Le Moyen-Orient [1] ne représentait alors que 7,5 % de la production.

Ce paysage a été considérablement modifié avec une multiplication de la production par 6 dans les 25 années qui ont suivi : de 356 millions de tonnes en 1945 à 2335 millions en 1970, pour atteindre 3600 millions de tonnes en 2001. De nouvelles sources d’approvisionnement se sont imposées, et d’abord le Moyen-Orient capable de fournir un pétrole à bas prix. La production de cette région atteignait déjà en 1956 plus de 20 % de la production mondiale, montant même à 38 % en 1974, pour se situer à environ 30 % aujourd’hui. Une part toujours importante donc, mais quand même un peu érodée par la concurrence de nouvelles sources apparues ces 3 dernières décennies. En 1965, les sept premiers pays producteurs produisaient 80 % de la production mondiale, en 2001, 52 %. Le pétrole reste quand même très inégalement réparti sur les différents continents et quelques zones produisent l’essentiel.

Les principaux pays producteurs

En Europe, les gisements de la Mer du Nord, représentent maintenant 8 % de la production mondiale et fournissent une bonne part de l’approvisionnement de l’Europe Occidentale.

L’Afrique subsaharienne (Nigeria, Angola, Gabon…) produit aujourd’hui 5 %, dépassant l’Afrique du Nord (essentiellement Algérie et Libye) et ses 4 %. Et l’exploitation de nouveaux gisements, en particulier en Guinée équatoriale, est en route.

Si en Amérique du Nord les Etats-Unis (deuxième producteur mondial avec 10 %) et le Canada (3 %) restent des producteurs de premier plan, en Amérique latine, malgré le développement récent du Brésil (2 %), de la Colombie et de l’Argentine, le Venezuela reste un producteur de premier plan, bien qu’un des plus anciens, comme le Mexique.

En Asie, la Chine qui n’a commencé l’extraction que dans les années 1970, approche les 5 % de production mondiale, consacrés presque exclusivement à ses besoins propres. Ceux-ci ne sont pourtant pas remplis, et elle doit importer du pétrole du Moyen-Orient.

En ex-URSS (premier producteur mondial de 1976 à 1992), après une importante baisse de la production au milieu des années 1980 et jusqu’en 1995 environ, la Russie (produisant à elle seule 10 % de la production mondiale ; en février 2002 sa production aurait dépassé celle de l’Arabie Saoudite !), l’Azerbaïdjan et surtout le Kazakhstan avec la mise en exploitation de nouveaux gisements qui seraient les plus importants découverts depuis 30 ans, se taillent la part du lion. Mais aux problèmes politiques créés par l’effondrement de l’URSS, viennent s’ajouter ceux de l’exploitation de la zone de la Mer Caspienne (transport et différents projets d’oléoduc, droits sur les fonds de la Caspienne et leur partage entre les 5 Etats riverains).

Le Moyen-Orient reste donc la principale région du monde productrice du pétrole, avec le poids lourd qu’est l’Arabie Saoudite, 12 %, mais aussi les autres Etats du Golfe (Qatar, Koweït, Oman, Yemen, Emirats Arabes Unis), 9 % au total. Sans oublier évidemment l’Iran et l’Irak : 8 % aujourd’hui pour des raisons politiques que l’on connaît, mais qui pourraient largement développer leur production.

Les réserves de la planète

C’est surtout en termes de réserves que le Moyen-Orient prédomine. Cette région recèle 66 % des réserves prouvées (25 % sont saoudiennes, 10 % irakiennes), c’est-à-dire connues et exploitables avec les conditions techniques d’aujourd’hui. Dans le monde 76 % sont aux mains de pays de l’OPEP.

L’indicateur R/P, qui compare les réserves à la production actuelle d’un pays, dépasse 100 ans pour 3 pays : Irak, Koweït, Emirats Arabes Unis. Il dépasse 50 ans en Arabie Saoudite, Qatar, Iran, Libye, Azerbaïdjan, Nigeria, Venezuela. Il est aujourd’hui de 40 ans pour l’ensemble du monde. Il n’est que de 10 ans pour les Etats-Unis. Cela ne signifie pourtant pas que dans dix ans, il n’y aura plus une goutte de pétrole aux Etats-Unis. Cet indicateur ne vaut que par rapport aux réserves connues.

Or, dans le monde des gisements sont à découvrir, et donc à mettre en valeur (mais au prix de quels investissements ?). D’autre part des techniques sont encore à développer pour rentabiliser l’extraction (on estime aujourd’hui que pour une tonne extraite, deux restent en profondeur). Ensuite le nombre de puits offshore s’accroît sans cesse un peu partout (alors que 84 % d’entre eux sont aujourd’hui au large de l’Amérique du Nord) et les recherches sont poussées pour pouvoir exploiter dans des zones encore plus profondes. Enfin il reste à mettre vraiment au point l’exploitation du pétrole dit non conventionnel (schistes bitumineux, huiles lourdes…).

Le problème de l’épuisement des réserves de la planète ne se pose donc pas dans l’immédiat (contrairement aux dires de quelques prophètes de mauvais augure) mais seulement à relativement longue échéance. Mais aujourd’hui le problème des puissances impérialistes et des compagnies pétrolières n’est pas celui des réserves en absolu, mais des réserves à bon marché (c’est-à-dire qui demandent le moins d’investissements). Et de ce point de vue, malgré la place prise par les gisements africains ou d’Asie Centrale, celle du Moyen-Orient reste pour l’instant incontournable.

M.C.


Production de pétrole

image 300 x 287

Arabie Saoudite 12%
Etats-Unis 10%
Russie 10%
Iran 5%
Mexique 5%
Venezuela 5%
Chine 5%
Norvège 5%
Canada 4%
Royaume-Uni 3%
Iraq 3%
Emirats Arabes Unis 3%

Réserves prouvées de pétrole

image 330 x 303

Taux R/P
Arabie Saoudite 25% 85,0
Irak 11% > 100 ans
Emirats Arabes Unis 9% > 100 ans
Koweït 9% > 100 ans
Iran 9% 67,4
Venezuela 7% 63,5
Russie 5% 19,1
Etats-Unis 3% 10,7
Libye 3% 57,3

[1Le Moyen-Orient s’entend comme la partie de l’Asie jusqu’à l’Iran, inclus. Cela inclut notamment l’Arabie Saoudite, le Koweit, l’Iran, l’Irak, etc.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article