Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 16, juillet-août 2001

Editorial

Pourquoi pas de candidats LO-LCR ?

Mis en ligne le 1er août 2001 Convergences Politique

Il n’y aura donc pas de candidatures communes LO-LCR lors des prochaines élections. De toute évidence les relations, qui avaient commencé à se refroidir au lendemain même des élections européennes de 1999, continuent à se détériorer entre nos deux organisations.

Pourtant un degré supplémentaire vient d’être franchi. Pour les élections municipales de mars dernier il y avait eu discussion préalable entre LO et LCR. Et si finalement elles ne s’étaient pas présentées ensemble, LO avait avancé des raisons politiques : la volonté que la profession de foi des listes communes soit la même à l’échelle nationale, l’impossibilité d’accepter le maintien de la position « traditionnelle » de la LCR d’appeler à voter pour la gauche (ou « battre la droite » mais c’est la même chose) au deuxième tour alors que LO refuse d’apporter ses voix à une gauche qui exerce des responsabilités gouvernementales. Ces désaccords ont justifié aux yeux des camarades de LO, majorité comme Fraction, d’aller séparément aux élections, même si la LCR se disait prête, en cas d’accord, à ce que les listes ne donnent pas de consigne de vote, ce qui fut d’ailleurs finalement la position de la plupart des listes LCR-100% à gauche.

Aujourd’hui une majorité de la LCR vient de confirmer lors de sa Conférence Nationale tenue le 23 juin qu’elle propose une campagne commune avec Arlette Laguiller comme candidate à la présidentielle et qu’elle renonce à donner une consigne de vote en 2002. LO peut regretter que la résolution finale de la conférence ne dise pas tout simplement que la LCR n’appellera à voter ni pour Jospin ni pour la gauche plurielle, s’interroger sur les raisons de ce changement, voire se demander s’il va bien tenir jusqu’aux élections. Mais une chose est sûre : il y a changement, notable et dans le sens que LO disait souhaiter.

La politique du pire

Et c’est à ce moment-là que LO choisit non seulement de repousser les propositions de la LCR mais de ne même pas discuter. La vraie raison de LO n’est donc pas dans la politique de la LCR ni les bases proposées par elle, mais dans la volonté a priori de ne rien faire avec elle. Même quand les deux organisations sont d’accord. Ou même surtout quand les deux organisations sont d’accord.

La discussion aurait peut-être mis en lumière des obstacles à une présentation commune. LO se serait évidemment opposée à cette étiquette « 100% à gauche » qui a pu recouvrir dans le passé une politique de recherche d’alliance avec des courants de la gauche gouvernementale, politique qu’elle avait condamnée à juste titre. Mais en refusant la discussion a priori c’est bien LO qui porte la responsabilité de la division de l’extrême gauche dans une situation où il n’a nullement été démontré que cette division était inévitable.

C’est déjà regrettable lors des élections. Mais il pourrait y avoir plus regrettable encore. Car, le passé l’a démontré amplement, on n’a pas une attitude dans un domaine, celui des élections, pour avoir l’attitude inverse dans d’autres, celui de la lutte de classe par exemple. Or s’il était important de rechercher une collaboration entre la LCR et LO lors des élections, il serait vital de la rechercher dans les luttes.

C’est cette conviction qui a guidé les militants de LO et de la LCR qui éditent Convergences Révolutionnaires. En sachant que l’action commune est bien souvent difficile, parfois impossible, du fait des divergences qui séparent les deux organisations, nous nous sommes donnés pour but d’œuvrer à ce qu’elles agissent en commun chaque fois que les bases de cette action commune existent.

A bien des reprises, dans le passé, LO a d’ailleurs été partisan de cette politique de rapprochement entre les groupes trotskystes chaque fois qu’il était possible. Aujourd’hui, momentanément espérons-le, elle lui tourne le dos. Pas nous. Nous savons qu’elle correspond aux intérêts du mouvement communiste révolutionnaire.

Le 27 juin 2001

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article